Les commissaires n'avaient pas grand-chose à fêter», ironise Mario Dumont

Source Photo:Téléquébec: Dès l'âge de 7 ans, ce fils d'agriculteurs de Cacouna, près de Rivière-du-Loup, aidait à "faire le train". Élève doué au secondaire, il se passionnera pour les matchs de Génies en herbe. Sa force: la géographie. La politique viendra tôt. Dès 1991, il occupe la présidence de la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec. Robert Bourassa, alors premier ministre, et ses principaux conseillers tentent par tous les moyens de rallier le président de la Commission jeunesse à l'accord de Charlottetown. Ils perdent leur temps. Mario Dumont devient coprésident du Réseau des libéraux pour le NON. Charlottetown sera rejeté.

Hebdoweb actualité en bref

Fervent promoteur de l’abolition des commissions scolaires et des commissaires

«Avec le nombre d’électeurs qu’il y a eu aux élections scolaires, il me semble que les commissaires n’avaient pas grand-chose à fêter», ironise le chef de l’opposition, Mario Dumont.

Fervent promoteur de l’abolition des commissions scolaires et des commissaires, le chef de l’ADQ déplore que des sommes soient investies en repas, en fleurs et en cadeaux plutôt que dans les écoles.

Mario Dumont voit mal comment on peut défendre l’idée que des élus scolaires puissent dépenser pour l’achat d’alcool.

«Ça prend vraiment des circonstances très exceptionnelles pour que ce soit justifiable», affirme-t-il.

Ironiquement, l’une des commissions scolaires qui a le plus dépensé est la Commission scolaire de Kamouraska – Rivière-du- Loup, où se trouve le comté de M. Dumont. «Que ça se passe n’importe où au Québec, ce n’est pas plus justifiable», dit-il.

Abus pas tolérés…

Source: Lire Éducation Contestées par tous Jean-Philippe Pineault Le Journal de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *