Réchauffement climatique:Bilan alarmant du Collège des médecins de famille de l'Ontario

 Santé

Le Collège des médecins de famille de l’Ontario a passé en revue les recherches portant sur le réchauffement climatique; son examen a jeté la lumière sur les conséquences dudit réchauffement sur la santé des Canadiens.

Toronto, le 7 avril selon /CNW/ – Le Collège des médecins de famille de l’Ontario (CMFO) a publié aujourd’hui un examen de la littérature scientifique sur les effets directs et indirects du réchauffement climatique sur la santé des Canadiens et sonne l’alarme concernant les problèmes de santé à venir liés au réchauffement climatique. Le rapport s’intitule Addressing the Health Effects of Climate Change: Family Physicians Are Key (Comment répondre aux effets du réchauffement climatique sur la santé : Le rôle clé des médecins de
famille).           

 "Lorsque nous pensons réchauffement climatique, nous pensons généralement aux conséquences sur notre environnement, mais nous devons aussi commencer à penser aux répercussions sur notre santé", a déclaré Dre Renée Arnold, présidente du CMFO. "Les effets néfastes du réchauffement climatique sur la santé sont profonds et seront irréversibles si nous n’agissons pas ensemble maintenant et si nous n’arrêtons pas d’endommager notre environnement."

L’examen de la littérature scientifique effectué par le CMFO est le plus complet de son genre dans le monde entier. Il prodigue des conseils sur ce que les Canadiens et les médecins de famille doivent faire pour s’adapter aux effets du réchauffement climatique sur la santé, pour minimiser notre impact sur l’environnement, et pour assurer une planète en bon état aux générations futures.

Selon cet examen, certains des effets du réchauffement climatique les plus importants sur la santé comprennent :  les effets  suivants suite CNW

En connexité

Les organisations internationales pourraient t-elles faire mieux
pour diminuer la vitesse du réchauffement de la planète?

En coopération avec l’Unesco, l’O.M.S., la FAO, l’O.M.M. (Organisation météorologique mondiale), la Banque mondiale, les gouvernements et des organisations non gouvernementales, le Programme des Nations unies pour l’environnement (P.N.U.E., fondé en 1975) assume une fonction de centre d’échange d’informations et met en œuvre le « plan Vigie », qui, par l’intermédiaire de multiples réseaux scientifiques internationaux, a abouti à la création d’un système de surveillance permanent de l’environnement. Le P.N.U.E. promeut les coopérations internationales entre États ou O.N.G., organise et défend les projets de développement durable et participe à l’organisation de conférences internationales, notamment la Conférence de Rio en 1992.

 

Les questions d’environnement ont fait également l’objet de plusieurs accords internationaux, dont les plus importants sont
La Convention de l’Unesco concernant le patrimoine mondial culturel et naturel (1972),
La Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES, 1973),
La Convention sur la pollution atmosphérique transfrontière à longue distance (1979),
La Convention pour la protection de la couche d’ozone (1985) et le Protocole de Montréal (1987),
Les Conventions relatives à l’Antarctique, et celle de Bâle sur les mouvements transfrontaliers de déchets dangereux (1989).
La protection de l’environnement s’exerce également dans un cadre régional (ainsi dans l’Union européenne) ou sur un plan national (aux États-Unis avec le Clean Air Act, loi sur la pureté de l’air).
Dans diverses circonstances (Déclaration de La Haye signée par 24 chefs d’État et de gouvernement en mars 1989,
Deuxième Conférence mondiale sur le climat, à Genève, en 1990,
Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro, dite « Sommet de la Terre », en 1992,
Conférence de Kyoto sur les changements climatiques en 1997,
Sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg en 2002, etc.) a été proclamée la volonté d’apporter une solution mondiale au problème planétaire de la protection de l’environnement.

Plus de lois pour abolir complètement les sacs de plastiques, tout produit non biodégradable, etc etc… Quelques villes ont commencé à interdire les sacs de platiques. Pourquoi les gouvernements n’abolissent pas carrément certains polluants? réf: Encyclopédie Larousse

L’agression humaine contre la terre 

Les accords internationnaux sont-ils vraiment  respectés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *