Le Bisphénol A et les risques pour la santé

Le Bisphénol A, que le Canada pourrait classer comme substance dangereuse, est l'un des composés chimiques les plus largement répandus dans le monde. Il entre dans la fabrication d'une multitude de produits, comme les biberons et bouteilles d'eau en plastique rigide, les CD, sert aussi à fabriquer les résines recouvrant l'intérieur des conserves alimentaires ou des scellements dentaires.  Santé Hebdoweb actualité en bref plus

Santé Canada Si vous avez des bouteilles et des biberons en plastique contenant du bisphénol A, faites comme plusieurs détaillants: retirez-les de vos tablettes…

Santé Canada s’apprête à identifier officiellement le bisphénol A (BPA) comme une substance dangeureuse. L’agence fédérale devrait en faire l’annonce officielle aujourd’hui, rapportait hier le Globe and Mail. Elle deviendrait ainsi la première autorité gouvernementale en matière de santé à prononcer un avis négatif à l’égard du BPA.Réference Protégez-vous

source de la photo le point .fr

 Les risques possibles pour la santé

Le Bisphénol A est connu pour s’extraire des plastiques nettoyés avec des détergents puissants ou utilisés pour contenir des acides, ou des liquides à hautes températures. Sa présence a été détectée chez presque tous les humains testés aux États-Unis.

Les premières preuves de l’action oestrogénique du bisphénol A datent des années 1930 durant lesquels il fut administré à des rates ayant subi une ablation des ovaires. Une action comme inhibiteur hormonal a été démontrée pour des concentrations de l’ordre de 2-5 ppm (partie par million) dans des études sur des cellules cancéreuses animales et humaines. Ces effets pourraient entraîner des problèmes de santé chez l’homme, tels qu’une diminution du taux ou de la qualité des spermatozoïdes.

L’industrie du plastique a longtemps affirmé que le bisphénol A est sans danger pour l’homme, minimisant ou réfutant les tests donnant des résultats contraires. 11 études effectuées par des industriels ne mettent aucun risque en évidence, tandis que d’après un rapport de Frederick vom Saal et Claude Hughes 90% des 104 études indépendantes montrent un risque possible. Un rapport précédent rendu public par le Centre pour l’analyse des risques de l’Université Harvard et financé par le Groupement américain du plastique qualifiait le risque de "faible" et "non significatif". Claude Hughes considère dans le rapport de 2004 que cette publication du centre pour l’analyse des risques n’est pas fiable parce qu’elle ne prend en compte que peu des travaux publiés depuis 2001 sur l’effet des faibles doses de BPA sur la santé.

En 2005, une équipe conduite par S.M Belcher a démontré que de faibles taux de bisphénol-A peuvent entraîner une altération du développement du fœtus chez le rat.

En 2006, vom Saal et Welshons ont publié une analyse détaillée expliquant pourquoi certaines études, principalement menées par des laboratoires financés par l’industrie, n’obtenait pas des résultats reproductibles sur les effets à faible dose du bisphénol-A. Un comité scientifique indépendant a réanalysé les données du rapport pour le compte d’une agence du gouvernement américain, et a montré qu’en réalité un effet existe en dépit des conclusions opposées du rapport originel.

Le 16 avril 2008, Santé Canada, l’office public de Santé du Canada, doit annoncer officiellement qu’il s’apprête à classer le bisphénol A au rang de substance dangereuse, selon une information du quotidien Globe & Mail. Le Canada sera ainsi le premier pays à classer au rang des toxiques cette substance, ce qui devrait amener Etats-Unis et Union européenne à se prononcer. réf: encyclopédie wiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *