La capitale Alger une des villes les plus encrassées au monde «crimes écologiques»

Vue d'ensemble de laville d'Oran http://www.algerie-monde.com/photos-algerie/photos-de-la-ville-oran-algerie.html

Hebdoweb Environnement / Intenernational

Selon le Quotidien d’Oran
 

L’Algérie

A quand un éveil écologique citoyen en Algérie ? par Mohammed Beghdad

«L’écologie est aussi et surtout un problème culturel.
Le respect de l’environnement passe par un grand nombre de changements comportementaux ».Nicolas Hulot.

L’ODIEUX CONSTAT DE NOTRE ENVIRONNEMENT

L’environnement dans notre pays se délabre de jour en jour au vu et au su de tous presque dans l’indifférence absolue des autorités concernées et de la population. C’est aussi le rôle d’encadrement échu aux différentes associations du domaine. C’est regrettable qu’elles ne désirent se faire exhiber qu’en compagnie des autorités locales et centrales. Elles confondent entre travail du terrain et celui des salons.

Heureusement que ce n’est pas le cas de toutes ces associations mais il reste énormément de chemin à accomplir. Evoquer évasivement ici les associations ne peut suffire, ça exige des parchemins d’articles. Les authentiques associations existent et elles activement beaucoup plus dans l’ombre sans faire de chahut, leurs efforts sont reconnus par tous. Elles ne cherchent ni la notoriété ni ne sollicitent de quelconques avantages.

La question principale est là : pourquoi sommes-nous si hostiles à la propreté et à l’environnement ? C’est une fatalité à laquelle nous nous sommes résignés depuis belle lurette. Traverser les villes et la campagne nous laisse interrogatifs sur l’étendue du phénomène sans que personne ne s’inquiète ni ne bouge le petit doigt.

Qu’en sera-t-il pour les années à venir ? Où va l’Algérie avec ce rythme infernal ? Ce sont de parfaits crimes écologiques contre le pays. Quels sont donc les traitements à prêcher pour retrouver la propreté d’un pays ordinaire ? Doit-on croiser les bras et rester impassibles et inaudibles à l’appel de la nature ? Attendons-nous une ingérence étrangère pour s’immiscer dans nos affaires environnementales ? Sommes-nous aussi incapables de devenir des citoyens civilisés ?

De l’aveu même des spécialistes et de hauts responsables, notre capitale se trouve pointée aux premières loges des villes les plus encrassées au monde. Le superlatif d’« Alger la blanche » ferait ironiser plus d’un aujourd’hui. N’a-t-on pas encore acquis la conscience collective nécessaire pour prendre en charge sérieusement et efficacement cette catastrophe des humains ?

Les étrangers en visite dans notre pays sont sidérés par notre carence à abandonner un si beau pays en pleine déconfiture écologique. Le malheur est plus profond que l’on ne s’imagine si nous n’arrivons pas à sortir de ce m…(il n’y a pas d’autre mot plus qualificatif). Une véritable révolution des esprits s’impose.

La propreté est l’affaire de tous. Sans des citoyens éduqués ayant un sens profond et évident du civisme, on ne peut faire long feu. Rendre nos rues propres, c’est entretenir l’espoir de développement du pays.

Lire tous les nombreux détails dans le Quotidien d’oran

Une réflexion au sujet de « La capitale Alger une des villes les plus encrassées au monde «crimes écologiques» »

  1. A mon sens, ce n’est pas question d’hostilité à la propreté et à l’environnement mais c’est une manière d’être qui doit être pointée par les doigts. Nos citoyens ne sont pas assez conscients. Chaque ménage accuse d’autre en croyant que lui n’est pour rien. S’il jette sa poubelle à 20h là où bon lui semble et vous dira qu’aucun espace n’a été réservé pour les ordures ( et malheureusement cela est vrai). Et s’il trouve l’espace disponible , il se plaindra que la grande cuve déborde d’ordures et donc qu’il n’a pas eu le choix ( et là c’est vrai aussi).
    Nous devons éduquer le citoyen à partir de l’école maternelle pour en faire un éco citoyen car ceux qui sont déjà habitué à un système et bien changer leurs habitudes ne peut s’opérer que si de fortes amendes sont imposées par la commune en cas de dépassement (mais à condition qu’un espace soit mis à la disposition des ménages ). D’ailleurs l’Algérie est entrain de conclure des marchés avec des entreprises étrangères pour gérer ses déchets.
    Etant auteur d’un projet qui touche l’environnement et bien je lance un appel à ceux qui aiment la nature à se mobiliser pour changer notre paysage : « Mettre un pot de fleurs à la place d’une » poubelle. Voila mon slogan.
    A bon entendeur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *