Agriculture: Les fermiers de famille, ne reçoivent presque rien de l'État

30 novembre 2008 Agriculture

Désolé, page introuvable …Nous avons apporté des changements importants à notre site Web. 
Cela signifie que vos anciens signets ou des liens ne sont plus valables.
Nous sommes impatients de vous voir et nous excusons pour tout inconvénient.

Sorry, page not found …We have made significant changes to our website.
This means that your old bookmarks or links are no longer valid.
We look forward to seeing you and we apologize for any inconvenience.

l’ADQ dévoile ses priorités pour l’agriculture

www.adq.qc.ca

30 novembre 2008 Actualité Politique

Développement du monde agricole: l’ADQ dévoile ses priorités pour l’agriculture

D’après un communiqué adéquiste Le chef de l’Action démocratique du Québec, Mario Dumont, a présenté ce matin la vision adéquiste afin d’aider les agriculteurs dans leur vie de tous les jours et dans leurs projets pour le futur.

« Les agriculteurs sont des entrepreneurs et des partenaires du développement économique et environnemental du Québec. Nous croyons que l’agriculture doit redevenir un secteur de croissance en misant sur la relève, la formation, le développement des produits du terroir et la recherche. C’est par un soutien accru dans leurs projets et par une valorisation du rôle de promoteur de notre terroir, que nous saurons donner le coup de pouce dont ont besoin nos producteurs pour continuer à innover », a lancé Mario Dumont. suite »»» 

 

 

 

Quelle vie de chien?… d'artistes riches et célèbres!

Vies de chiens d’artistes riches et célèbres!
30-novembre 2008

 Quelle vie de chien

Le compagnon le plus sérieux dans la vie de ces dames.

Tinkerbell le chien de Paris Hilton Si Paris Hilton a assez d’animaux de compagnie pour ouvrir un zoo, c’est sans aucun doute Tinkerbell qui est son préféré. Hilton débourse une fortune pour que sa petite femelle chihuahua profite de tout le luxe possible. La chienne se fait faire manucures et faciaux et sa maîtresse l’habille de petits dessus en cachemire dont certains valent 300 $US chacun. Aussi, le chihuahua ne se désaltère qu’avec de l’eau provenant de bouteilles qui valent 90 $US chacune. Rappelons qu’en 2004, Hilton avait offert une rançon de 5000 $US à quiconque retrouverait Tinkerbell, qui avait fait une fugue.

Jack, terrier de Jack Russell de Mariah Carey, est, selon sa maîtresse, beaucoup plus diva qu’elle. Faut savoir que …

Norman le chien de Jennifer Aniston, fait la grosse tête…

Flossie le chien de Drew Barrymore, Flossie est considérée comme une véritable héroïne…

Daisy, un Maltipoo (croisement entre un bichon maltais et un caniche) Jessica Simpson ne voyage jamais sans Daisy…

Penny de Blake Lively est un Maltipoo, mais couleur caramel et …

Chloe, une femelle Labrador de Lauren Conrad, adore les chaussures…

Hank, bouledogue français, règne en tête car, Denise Richards possède plusieurs chats et un cochon.. pour tous les détails suite »»»» 

Filet mignon farcis au brie Vaudreuil et aux épinards

Recette tirée du Magazine Décoration chez-soi no.323

29 novembre 2008 recettes 
Pour 2 personnes

Filet mignon farcis

1 filet mignon de 14 oz (400 g), détaillé en deux steaks
2 oz (60 g) de brie Vaudreuil
5 ou 6 feuilles d’épinard, hachées
2 c. à soupe (30 ml) de chapelure
1 c. à thé (5 ml) chacun de sel d’ail, de poivre et de sel d’oignon
112 t (125 ml) de demi-glace
114 t (60 ml) d’amaretto
Faire un trou au centre de chaque steak.
Passer le brie, les épinards, la chapelure et les épices au robot. Farcir les steaks avec le mélange. Cuire selon la cuisson désirée.
Pendant ce temps, chauffer la demi-glace et l’amaretto.
Répartir les filets mignons dans des assiettes et napper de sauce.

Liens: Plus de recettes Les fromages d’ici © Fédération des producteurs de lait du Québec

Caisse de dépôt et de placement: Charest prend-il les Québécois pour des imbéciles ?

29 novembre 2008 Actualité Politique

Stéphane Gendron écrit sur son blogue «Charest n’est pas au courant des pertes de la Caisse, et surtout "il ne veut pas le savoir."

La Caisse érpouve des difficultés mais le Premier Ministre ne veut pas le savoir? Aveuglement volontaire et insouciance crasse. À moins que Charest soit un menteur? selon l’opinion de Stéphane Gendron» suite »»»

L'album Héros récolte de fonds pour la fondation War Child

 29 novembre 2008 Actualité
cliquez l’image visionner la vidéo

L’album Héros récolte de fonds pour la fondation War Child

À propos de la fondation

Quelques cas des enfants de la guerre

Luay, Irak 
Nous avons rencontré Luay à Bassorah en Irak après la guerre du Golfe. Il a vécu dans une demi-maison en ruine et ses parents nous ont demandé si nous pouvions parler de lui parce qu’il a lui-même isolé de plus en plus.  Il a à peine vu de ses bons amis et plus il a abandonné l’école.  Ils ont dit que cela avait progressivement mis en place après le bombardement de leur ville  

Elizabeth, en Ouganda 
Nous nous sommes rencontrés Elizabeth dans l’église principale à Kampala au printemps 1986, quelques semaines après un nouveau gouvernement a remplacé la terreur du régime de Milton Obote.  Elle faisait partie d’un groupe de jeunes filles qui Hade été enlevés par les soldats gouvernementaux au cours de la guerre de guérilla dans Luwero au nord de Kampala  

Miriam, Somalie
Miriam a échappé à la recherche d’un clan adverse va des armes et des armées des ennemis. Quand ils ne pourraient pas trouver tout ce qu’ils ont commencé désespérée et torturé la mère de Miriam. 
 
Sabwenge, Rwanda
Nous nous réunissons Sabwenge ses frères et sœurs et quelques semaines après le massacre au Rwanda en 1994. Sabwenge échappé à pied avec ses parents à partir de Nyamata, à Goma, au Zaïre. Ses deux parents sont morts de maladie, un couple de jours plus tard. Il a pensé qu’ils étaient censés être en sécurité au Zaïre. 
Source: version traduite La fondation War Child  page originale

Système de santé au Québec: Jean-Guy Dumas a vécu une expérience pathétique

29 novembre 2008 Actualité Politique
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Système de santé au Québec

Mario Dumont est revenu sur le thème de la santé, plus particulièrement sur la question des listes d’attente.Le chef de l’ADQ a présenté le cas d’un patient qui a vécu une expérience pathétique. Jean-Guy Dumas, qui n’est pas un militant adéquiste, a livré un témoignage touchant et persuasif de ce qui se passe dans les hôpitaux au Québec. Il a été diagnostiqué pour un cancer de la prostate au mois de septembre. Le 25 novembre, il est à l’hôpital pour subir une série d’analyses. Il devait être à jeun, être déshydraté, il a très mal dormi, il a passé plusieurs heures à attendre l’opération à l’hôpital avant d’apprendre que l’intervention était annulée. réf: Le Québec vote

Le chef de l’ADQ a fait ressortir que cette situation se répète trop souvent, que 31 000 personnes figurent sur des listes d’attente dans le système de santé, qui dispose selon lui des meilleurs professionnels au monde, mais pas des meilleurs outils.

Le parti de M. Dumont préconise entre autres un système mixte public/privé, de même qu’une garantie de soins accordée à chaque Québécois. La réorganisation de soins, notamment grâce au système de «paiement par épisode de soins», qui rend le financement des hôpitaux conditionnel à la prestation complète du traitement prescrit, permettrait notamment d’éviter les gaspillages que représentent en préparatifs et en argent les chirurgies annulées.

«J’ai le goût de vous dire: c’est ce message d’espoir, c’est des Jean-Guy que vous allez rencontrer, a déclaré M. Dumont à des militants parés pour une activité de porte-à-porte dans la circonscription de La Peltrie, à Québec. Pas que tout le monde que vous allez rencontrer attend une opération, mais les gens ont tous la crainte que ça leur arrive, (car) il y a un problème avec notre système de santé.»

À Propos de Jean Charest

2008-11-27

Jean Charest brise sa promesse de réduire le temps d’attente moyen aux urgences à douze heures d’ici 2010.
Après avoir promis en 2003 que les citoyens pourraient le juger sur son bilan en santé, après avoir laissé les délais dans les urgences augmenter à plus de seize heures, voilà que Jean Charest brise sa promesse de réduire le temps d’attente moyen aux urgences à douze heures d’ici 2010. On est à des lieux de sa mémorable promesse électorale de 2003 de réduire le temps d’attente dans les heures qui suivraient l’élection d’un gouvernement libéral !

Le journal La Presse affirme aujourd’hui que, durant les six premiers mois de l’année, la situation dans les urgences s’est détériorée ou a stagnée dans la majorité des régions du Québec. Or, le gouvernement Charest s’était fixé comme objectif de ramener à douze heures la durée moyenne de séjour aux urgences dès 2010.

Charest refuse aujourd’hui de réitérer cet engagement. Même en augmentant le financement du réseau, les délais stagnent ou augmentent. Pour l’ADQ, les solutions en santé passent par la mixité du système de santé, par la garantie de soins dans un délai raisonnable et par la volonté de favoriser l’autonomie des établissements. Réf: ADQ

La période des achats des Fêtes bat son plein: Nouveautés 2008

29 nov. 2008
Toronto, Ontario et Montréal, Québec
D’après un communiqué de (Marketwire UNICEF Canada )

La période des achats des Fêtes bat son plein. D’un bout à l’autre du pays, les gens d’ici achètent des cartes et cadeaux de l’UNICEF en ligne, au téléphone, chez les détaillants partenaires et les clubs philanthropiques, par l’entremise du catalogue de l’UNICEF et, bien entendu, dans l’un des 40 kiosques établis dans les magasins IKEA ou dans divers centres commerciaux au pays.

Deux cent millions de raisons de faire vos achats des Fêtes auprès de l’UNICEF

Selon l’UNICEF, plus de 200 millions d’enfants dans le monde ne bénéficient pas des éléments de base nécessaires à la survie et au développement de leur plein potentiel. Le produit net de la vente des cartes et des cadeaux s’ajoute aux fonds de l’UNICEF qui contribuent à sauver la vie de ces enfants et à leur permettre de vivre leur enfance.

Nouveautés 2008

Cette année, l’UNICEF offre des centaines d’assortiments de cartes et de cadeaux. Plusieurs d’entre eux, comme l’ensemble de cartes Noël au Canada, conçues par des artistes canadiens, et les cartes affichant une image de Colombe, sans connotation religieuse, sont des classiques très populaires année après année. Mais la collection 2008 propose en outre quelques superbes nouveautés chargées de signification :

Des bougies moulées et décorées à la main en Inde, par une entreprise familiale qui gère depuis 20 ans une fondation et un pensionnat gratuit pour les jeunes filles défavorisées dans la ville de Mysore, au sud de l’Inde.

Une sélection de coeurs décoratifs en saponite sculptés et gravés à la main, fabriqués dans les contreforts du Kenya, près du lac Victoria, où une industrie artisanale durable encourage le travail équitable et donne un regain contemporain aux talents traditionnels des artisans locaux.

Un assortiment de 18 cartes vierges du monde entier présenté dans une pochette faite à la main et fermée par un bâtonnet de bambou et des cartes pour les entreprises

Cadeaux précieux

Pour les personnes figurant sur votre liste et qui ont déjà tout, nous vous proposons les Cadeaux précieux. Offerts à partir de 10 $, ces cadeaux répondent spécifiquement aux besoins des enfants dans le monde, comme l’eau potable, la nourriture et les secours d’urgence. Ces cadeaux sont faits au nom de la personne de votre choix, qui recevra un certificat ou un courriel l’informant que vous avez fait un don en son nom. Voici quelques-uns des Cadeaux précieux :

Le montant de 20 $ fournira 1 300 comprimés de purification de l’eau à des familles qui n’ont pas accès à de l’eau potable;

Le montant de 30 $ procurera plus de 800 biscuits à haute teneur énergétique à des enfants souffrant de malnutrition, un soutien particulièrement important dans les situations d’urgence.

Pourquoi acheter auprès de l’UNICEF? »»»

La dinde, car il en faut bien à Noël

 

 29 novembre 2008 Reccette

Dinde aux pommes et Poire de pomme de terre

La dinde, car il en faut bien à Noël, cuisinée avec un produit de notre terroir plusieurs fois récompensé:la crème de pomme Pinnacle.

Pour 2 personnes

La dinde, car il en faut bien à Noël, cuisinée avec un produit de notre terroir plusieurs fois récompensé: la crème de pomme Pinnacle.
1 poitrine de dinde, en médaillons de 1/2 po (1,5 cm) d’épaisseur
3 c. à soupe (45 ml) de beurre
2 oignons verts hachés 
1 échalote, hachée
1 pomme, tranchée
112 t (125 ml) de crème de pomme Pinnacle
113 t (85 ml) de crème à35%m.g.
Dans une poêle, faire chauffer le beurre et faire sauter les médaillons de dinde avec les oignons verts, l’échalote et la pomme.
Ajouter le Pinnacle et la crème.
Laisser mijoter 5 minutes.

Servir avec des légumes au choix et une poire de pomme de terre. 
 
Poire de pomme de terre

Préparer une purée de terre assez consistante pour être façonnée. La modeler en autant de poires qu’il y a de convives, puis passer dans la chapelure blanche(chapelure de pain maison ou de croûtons assaisonnés, au choix). Piquer un clou de girogle pour le pédoncule. Chauffer au four à 325F pendant 5 à 6 minutes, jusqu’à ce que le centre des poires soit chaud
(recettes tirées du magazine Décroation Chez-soi)

À propos

Domaine Pinnacle est le chef de file mondial de la production de cidre de glace; une catégorie de produits développée au Québec dont la taille a augmenté de façon exponentielle depuis les dernières années.

Depuis le 15 octobre 2008

LE CIDRE DE GLACE DOMAINE PINNACLE EST MAINTENANT DISPONIBLE SUR LES MARCHÉS EUROPÉENS ET ASIATIQUES

L’Allemagne, l’Espagne et Singapour, sont parmi les 38 pays où le Cidre de glaceDomaine Pinnacle est présentement offert

Le sapin de Noël (le plus) écolo

29 novembre 2008 Environnement Écologie

Comment respecter la tradition du temps des fêtes
En faisant un sapin de Noël à des conséquences écologiques

Naturel ou artificiel? Que le sapin (le plus) écolo s’élève!

Le sapin artificiel

Vous trouverez dans le commerce des sapins artificiels imitant à s’y méprendre les sapins naturels. Cette option présente quelques avantages: les sapins artificiels durent longtemps s’ils sont bien entretenus et rangés à l’abri de la lumière qui pourrait les décolorer; ils sont peu onéreux puisque leur coût est réparti sur plusieurs années.

Du point de vue écologique, toutefois, la grande majorité des environnementalistes s’entend pour dire que les sapins artificiels demeurent la moins bonne solution pour égayer l’esprit des fêtes: ces arbres sont, pour la plupart, faits de plastique, un résidu du pétrole, et d’aluminium, un mélange composite non recyclable.

Leur fabrication génère des émissions polluantes et leur transport, la plupart provenant de Chine, consomme aussi beaucoup d’énergie. Une fois leur durée de vie utile terminée, ils mettront quelque 400 ans à se dégra¬der dans nos dépotoirs. Et s’ils pren¬nent feu, ils émettront alors des vapeurs toxiques.
 
Le sapin naturel cultivé

L’industrie du sapin cultivé s’est développée au Québec au milieu des années 1960. Elle compte aujourd’hui près de 300 entreprises et fournit plus de 30 % de la production canadienne. Elle exporte aux États- unis, au Mexique, au Venezuela et même en Allemagne. Ses producteurs évoquent volontiers les nombreux avantages qu’offrent leurs arbres, en plus de dégager une odeur agréable dans la maison.

Les sapins cultivés absorbent du dioxyde de carbone (COJ et produisent de l’oxygène (par contre, une bonne partie du CO2 absorbé sera relâché dans l’atmosphère lors du compostage ou du brûlage des arbres); par ailleurs, les sapins cultivés améliorent la stabilité du sol et réduisent ainsi les risques d’inon¬dations dues à l’érosion par les vents ou les eaux; ils offrent un milieu favorable à la faune locale.

Quelsques conseils sauf que…

Pour obtenir des arbres fournis et sans défaut, les producteurs doivent se servir de fertilisants et de pesticides qui ont des effets sur le milieu, surtout si celui-ci comporte des cours d’eau.

Toutefois, conformément à la réglementation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, les producteurs doivent se doter d’un plan de gestion des fertilisants qui contrôle en partie leur utilisation. Quant aux insecticides, ils les utilisent pour lutter contre les pucerons en cas d’invasion seulement, et aussi l’année de la récolte pour s’assurer d’avoir le plus beau ramage possible.

Ainsi, les producteurs de sapins emploient actuellement cinq fois moins de pesticides qu’il y a dix ans. Selon plusieurs environnementalistes, cette baisse – quoique encourageante – est insuffisante. ils souhaitent aussi que les producteurs remplacent le Diazinon, un pesticide à large spectre nuisible pour la biodiversité, par un savon insecticide ou du Bt, une bactérie spécifique, pOUl’ lutter contre les chenilles.

il faut aussi ajouter au coût environnemental du sapin de Noël cultivé sa coupe, son transport jusqu’aux consommateurs, son ramassage et son recyclage … Le cycle de vie d’un sapin est de sept à dix ans; pour une utilisation décorative de quelques semaines assurant le maintien de notre tradition, il y a donc un prix à payer, d’autant plus qu’il faut attendre une dizaine d’années avant de pouvoir réutiliser à d’autres fins une terre qui a supporté une monoculture de sapins.

Malheureusement, si quelques producteurs québécois ont essayé de cultiver des sapins biologiques à grande échelle, l’expérience ne s’est pas révélée rentable jusqu’ici, notamment parce que les consommateurs exigent un arbre sans défaut.
 
LE «SAUVAGEON»
Quoique de moins en moins populaire en raison de son apparence plus dégarnie, le sapin naturel qui a poussé librement en forêt n’a demandé aucun produit chimique lors de sa croissance et se démarque des sapins cultivés qui se ressemblent tous. il apparaît comme la meilleure solution, à moins que celui qui vous le vend ait endommagé ou perturbé la niche écologique en en coupant un trop grand nombre. Difficile de vérifier … Si vous le coupez vous-même, veillez à ne pas le faire dans une forêt privée; votre facture de Noël pourrait alors augmenter substantiellement! 

D’autres idées vertes

Au lieu d’utiliser un sapin, décorer vos plantes intérieures ou achetez un cyprès, un petit conifère peu coûteux et susceptible de survivre de nombreuses années dans la maison. (Décoration chez-soi no.323Luc Gonthier)