Système de santé au Québec: Jean-Guy Dumas a vécu une expérience pathétique

29 novembre 2008 Actualité Politique
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo

Système de santé au Québec

Mario Dumont est revenu sur le thème de la santé, plus particulièrement sur la question des listes d’attente.Le chef de l’ADQ a présenté le cas d’un patient qui a vécu une expérience pathétique. Jean-Guy Dumas, qui n’est pas un militant adéquiste, a livré un témoignage touchant et persuasif de ce qui se passe dans les hôpitaux au Québec. Il a été diagnostiqué pour un cancer de la prostate au mois de septembre. Le 25 novembre, il est à l’hôpital pour subir une série d’analyses. Il devait être à jeun, être déshydraté, il a très mal dormi, il a passé plusieurs heures à attendre l’opération à l’hôpital avant d’apprendre que l’intervention était annulée. réf: Le Québec vote

Le chef de l’ADQ a fait ressortir que cette situation se répète trop souvent, que 31 000 personnes figurent sur des listes d’attente dans le système de santé, qui dispose selon lui des meilleurs professionnels au monde, mais pas des meilleurs outils.

Le parti de M. Dumont préconise entre autres un système mixte public/privé, de même qu’une garantie de soins accordée à chaque Québécois. La réorganisation de soins, notamment grâce au système de «paiement par épisode de soins», qui rend le financement des hôpitaux conditionnel à la prestation complète du traitement prescrit, permettrait notamment d’éviter les gaspillages que représentent en préparatifs et en argent les chirurgies annulées.

«J’ai le goût de vous dire: c’est ce message d’espoir, c’est des Jean-Guy que vous allez rencontrer, a déclaré M. Dumont à des militants parés pour une activité de porte-à-porte dans la circonscription de La Peltrie, à Québec. Pas que tout le monde que vous allez rencontrer attend une opération, mais les gens ont tous la crainte que ça leur arrive, (car) il y a un problème avec notre système de santé.»

À Propos de Jean Charest

2008-11-27

Jean Charest brise sa promesse de réduire le temps d’attente moyen aux urgences à douze heures d’ici 2010.
Après avoir promis en 2003 que les citoyens pourraient le juger sur son bilan en santé, après avoir laissé les délais dans les urgences augmenter à plus de seize heures, voilà que Jean Charest brise sa promesse de réduire le temps d’attente moyen aux urgences à douze heures d’ici 2010. On est à des lieux de sa mémorable promesse électorale de 2003 de réduire le temps d’attente dans les heures qui suivraient l’élection d’un gouvernement libéral !

Le journal La Presse affirme aujourd’hui que, durant les six premiers mois de l’année, la situation dans les urgences s’est détériorée ou a stagnée dans la majorité des régions du Québec. Or, le gouvernement Charest s’était fixé comme objectif de ramener à douze heures la durée moyenne de séjour aux urgences dès 2010.

Charest refuse aujourd’hui de réitérer cet engagement. Même en augmentant le financement du réseau, les délais stagnent ou augmentent. Pour l’ADQ, les solutions en santé passent par la mixité du système de santé, par la garantie de soins dans un délai raisonnable et par la volonté de favoriser l’autonomie des établissements. Réf: ADQ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *