Israël va annoncer un cessez-le-feu unilatéral à Gaza

Israël va annoncer un cessez-le-feu unilatéral à Gaza

Samedi 17 janvier 2009 13:19
Actualité International

JERUSALEM (AFP) — Le Premier ministre israélien Ehud Olmert va annoncer, après la réunion du cabinet de sécurité samedi soir, un cessez-le-feu unilatéral à Gaza, selon un responsable gouvernemental.

Ce responsable a souligné dans la foulée que M. Olmert annoncerait que l’armée ripostera à d’éventuels tirs du Hamas à Gaza après l’instauration de ce cessez-le-feu unilatéral.

Ce sera la première fois dans son histoire qu’Israël décrètera un cessez-le- feu unilatéral à l’issue d’un de ses conflits.

"M. Olmert annoncera à la suite de la réunion du cabinet (de sécurité) de ce soir une cessation unilatérale des hostilités dans la bande de Gaza", a indiqué à l’AFP ce responsable.

"Si le Hamas tire sur des forces israéliennes, Israël se réserve le droit de riposter", a-t-il poursuivi.

Le cabinet de sécurité devait commencer sa réunion à 17H30 GMT, à Tel-Aviv.

Avant même la réunion, le ministre de la Défense Ehud Barak a estimé qu’Israël était très près d’atteindre les objectifs de son offensive.

"Après trois semaines de l’opération +Plomb durci+ nous sommes très proches des objectifs et de la consolidation des acquis par des accords diplomatiques", a indiqué M. Barak lors d’une visite d’une base militaire du sud du pays.

"Tsahal (l’armée israélienne) et les forces de sécurité doivent continuer leurs opérations et être prêts à (…) tout développement sur le terrain", a-t-il ajouté.

L’objectif officiel de l’opération lancée le 27 décembre est de "changer de manière fondamentale la situation sécuritaire dans le sud d’Israël afin que ses habitants ne soient plus la cible de tirs de roquettes".

Cet objectif implique, selon les responsables israéliens, aussi bien l’arrêt des tirs de roquettes sans limite dans le temps, que des garanties visant à empêcher la contrebande d’armes vers Gaza par tunnels ou embarcations, à partir de l’Egypte.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a signé à ce propos avec son homologue israélienne Tzipi Livni un accord bilatéral mais leur homologue égyptien Ahmed Aboul Gheit, dont le pays a une frontière avec le territoire palestinien, a affirmé que Le Caire n’était pas "lié" par cet accord.

Les chefs du Hamas en exil exigent quant à eux un cessez-le-feu de la part d’Israël, mais aussi le retrait des troupes israéliennes, la levée du blocus et l’ouverture de l’ensemble des points de passage du territoire palestinien contrôlé par les islamistes.

Le président égyptien Hosni Moubarak a appelé Israël à cesser les combats "immédiatement" et "sans conditions", et à retirer ses troupes de la bande de Gaza.

Le président Moubarak a en outre fait valoir que l’Egypte travaillait à sécuriser sa frontière avec la bande de Gaza et "n’accepterait jamais" de présence étrangère sur son territoire.

En trois semaines d’offensive, au moins 1.203 Palestiniens ont été tués, dont 410 enfants et 108 femmes, et plus de 5.300 blessés, selon les services d’urgence de Gaza. D’après le Centre palestinien des droits de l’Homme à Gaza, 65% des morts sont des civils.

Côté israélien, 10 militaires et trois civils ont péri durant la même période. réf du texte : AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *