Chacun pour soi: Tout le monde en parle du «Lock-out» au Journal de Montréal

Chacun pour soi: Tout le monde en parle du «Lock-out» au Journal de Montréal

Dimanche 1er Février 2009

Les titres

Chacun pour soi, L’abbé Gravel met fin à sa chronique, Bernard Landry a pris une décision, La réaction des patrons et Richard Martineau persiste et signe.

Il se trouve ces jours-ci bien des gens pour défendre les pigistes qui continuent d’écrire dans Le Journal de Montréal, malgré le lock-out. Choisir d’écrire au Journal de Montréal pendant le lock-out n’est pas une question d’ordre juridique ou de finances personnelles. C’est une question «d’éthique et de moralité», comme l’a rappelé avec justesse l’environnementaliste Daniel Green, l’un des rares chroniqueurs à avoir cessé sa collaboration au Journal cette semaine.

C’est aussi une question de principe. Or, dans une société du chacun-pour-soi, les principes semblent parfois compter pour bien peu de choses.

Dans l’esprit de la loi anti-scab, Joseph Facal, Christopher Hall, Stéphane Gendron et autres Richard Martineau ne se qualifient pas comme briseurs de grève, stricto sensu. Mais dans mon esprit, ils le sont au même titre que les journalistes qui ne signent pas les textes publiés depuis dimanche dans Le Journal de Montréal

L’abbé Gravel met fin à sa chronique

Jeudi, l’abbé Raymond Gravel a annoncé qu’il ne publierait plus sa chronique dans Le Journal de Montréal.
Il a dit à l’animateur Benoit Dutrizac, sur les ondes du 98,5FM, qu’il écrirait sa dernière chronique la semaine prochaine et s’abstiendra durant le conflit.
Il dit avoir changé d’idée après plusieurs questions dans son entourage. Il espère que son geste aidera à résoudre le conflit plus rapidement et que justice se fasse.
Son ultime chronique sera publiée la semaine prochaine et expliquera son geste.

Martin Brodeur, Jacques Demers, Jean-Philippe Darche et Daniel Green ont tous cessé leur collaboration. Julius Grey et Marie-France Bazzo sont partis avant le début du conflit, arguant un problème d’horaire.

Gilles Proulx et Louise Deschâtelets sont encore en réflexion, alors que Richard Martineau, Bernard Landry et Joseph Facal, entre autres, ont décidé de poursuivre leur chronique.

Bernard Landry a pris une décision

L’ancien premier ministre du Québec Bernard Landry n’écrira plus sa chronique dans le Journal de Montréal, tant que celui-ci sera touché par un conflit de travail.

M. Landry a pris cette décision après avoir découvert que le montage du quotidien se faisait maintenant à Toronto. Dans un communiqué, samedi, il indique que cette manoeuvre va à l’encontre des idéaux indépendantistes et sociaux en vertu desquels il avait accepté de rédiger des chroniques dans le journal. Des gens du Québec risquent d’être privés de travail en raison de cette décision du journal, a-t-il spécifié.

Bernard Landry a néanmoins qualifié sa décision de « difficile », en raison de l’estime qu’il porte à l’endroit des dirigeants du Journal de Montréal. Il espère que son geste poussera les parties à revenir rapidement à la table de négociations.

 

 La réaction des patrons

Le Journal de Montréal a réagi dimanche matin à la décision de M. Landry de suspendre sa chronique.

Le Journal de Montréal a pris connaissance de la volonté de l’ex-premier ministre du Québec, Monsieur Bernard Landry, de mettre fin à la chronique qu’il tenait dans ses pages. La direction du Journal est désolée de cette décision qui privera ses lecteurs d’une chronique rédigée par une personnalité de grand talent ainsi qu’un commentateur émérite, et tient à remercier Monsieur Landry de sa collaboration. + Marketwire  

Richard Martineau persiste et signe

Le chroniqueur explique haut et fort son choix d’être un pigiste libre de refuser de s’impliquer dans tout conflit syndical. Continuant d’écrire dans le Journal de Montréal malgré le lock-out, il sort ses munitions pour revendiquer le droit à une démocratie journalistique. Le franc-tireur reste fidèle à sa nature et ajoute son grain de sel caustique à toutes les discussions et débats de la soirée de Tout le monde en parle ce soir à Radio-Canada!

Les sources: Cyberpresse     Radio-Canada émissions     Radio-Canada régions    Branchez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *