Industrie alimentaire: Il est temps de réglementer les «gras trans»

Industrie alimentaire: Il est temps de réglementer les «gras trans»

Hebdoweb 22:35:

*Actualité Gouvernement Santé *

Réglementation: l’autoréglementation n’est pas suffisante

PC* Selon Sally Brown, chef de la direction de la Fondation et coprésidente du Groupe de travail sur les gras trans, l’industrie alimentaire n’a pas de quoi se réjouir de ses efforts d’autoréglementation à ce jour.

Dans son analyse des résultats, Mme Brown a reconnu que certaines entreprises et certains secteurs avaient répondu à l’appel et relevé le défi, mais que l’ensemble de l’industrie alimentaire n’en fait pas assez d’efforts volontaires pour réduire les gras trans. Ces résultats, a-t-elle ajouté, démontrent que les mesures volontaires, même sous surveillance publique, ne suffiront pas.

Le rapport de surveillance dévoilé jeudi, le troisième de quatre, visait les produits de boulangerie, les biscuits, le maïs soufflé et les aliments ethniques. Selon la Fondation, il est particulièrement décevant de constater que plusieurs marques de biscuits, de maïs soufflé transformé et de brownies, des aliments souvent consommés par les enfants, obtiennent les pires résultats.

Selon un communiqué de la Fondation, la réduction des taux de gras trans aux seuils recommandés par le Groupe de travail permettra de réduire le nombre de crises cardiaques et de sauver davantage de vies au Canada. Une consommation élevée de gras trans fait tripler les risques de maladie du coeur, ajoute la Fondation, et cause au moins 3000 décès cardiaques au Canada chaque année. Les gras trans sont au moins cinq fois plus nocifs, à poids équivalent, que ne le sont les gras saturés.

+ Lire tous les détails à la source de ce texte, Ottawa doit réglementer en matière de gras trans selon la FMC La presse canadienne 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *