Tout le monde en parle du film «Je me souviens» + André Forcier en 16 questions

Tout le monde en parle du film «Je me souviens» + André Forcier en 16 questions

Mise à jour 20:33

Culturel, Vidéo:

Divertissement

«Promotion d’un nouveau film à Tout le monde en parle»

André Forcier a fait la promotion de «Je me souviens», son nouveau film. L’action se déroule dans les années 50, à l’époque de Duplessis. La collusion entre l’État, le clergé et le patronat l’a notamment inspiré. Il ne se dit pas contre le syndicat ou le patronat. Il est toutefois dégoûté par les gens de sa génération, les baby-boomers, qui ont créé les clauses orphelin.

Le cinéaste rejette l’étiquette «film d’auteur» accolée à ses œuvres. Celles-ci ne sont pas plates, se défend-il!

Forcier a fait un détour pour affirmer qu’on avait trop accordé d’importance à l’enseignement de l’anglais dans les écoles et qu’on avait mis en plan l’histoire. À écouter et à entendre le réalisateur, on aurait pu croire qu’il était ivre sur le plateau… L’entrevue, qui touchait à plusieurs sujets, a donc semblé s’éterniser.
Source du texte: showbizz

Entrevue André Forcier avec Anabelle Nicoud 

Dans Je me souviens, Forcier s’inspire du Québec duplessiste pour parler de vengeance et des défaites du Québec d’aujourd’hui. Au centre d’une intrigue servie par des comédiens de premier ordre – Roy Dupuis, Céline Bonnier, Geneviève Bourgeois-Leclerc, Rméy Girard ou encore David Boutin – se trouve une petite fille, Némésis qui ne s’exprime… qu’en gaélique.

1Q : Tout d’abord, je voulais vous parler de Je me souviens, un projet d’abord connu sous le nom de Nemesis, l’un des personnages du film. Pourquoi ce changement?
2Q : Dans le passé, vous avez souvent parlé des flashs qui inspirent ensuite vos films. Quel est le flash à l’origine de Je me souviens?
3Q : Pour le contexte historique, vous nous amenez dans les années noires du Duplessisme.
4Q : Le contexte politique s’efface tout de même assez rapidement après l’arrivée d’une petite fille, Némésis, dans la deuxième partie du film.
5Q : Ce que vous proposez n’est donc pas strictement historique…

6Q : Le film est campé en pleine noirceur, mais vous conservez un détachement avec ça, vous traitez du sort des Orphelins avec humour.
7Q : Faut-il voir dans Je me souviens un commentaire sur le Québec d’aujourd’hui : lequel?
8Q : Je me souviens a été tourné en Abitibi, en plein hiver. Voilà qui est rare au cinéma!
9Q : Parmi eux se trouve Roy Dupuis que vous mettez dans la peau d’un personnage assez inattendu…
10Q : Le gaélique en Irlande et le français au Canada, même combat?

11Q : Comment avez-vous travaillé les passages du film tournés en gaélique?
12Q : Votre film est en noir et blanc : pourquoi?
13Q : Vous voyez Je me souviens comme un drame?
14Q : Effectivement, vous faites mourir vos personnages avec beaucoup d’humour.
15Q : Vous avez porté ce projet depuis plusieurs années. En avez-vous d’autres?

16Q : J’ai une dernière question pour vous, triviale. On réfère à vous comme André Forcier et Marc-André Forcier. Je suis un peu perdue!

Voir les réponses: Le retour en force d’André Forcier par Anabelle Nicoud dans La Presse, Mon cinéma publié sur Cyberpresse

 

Tout le monde en parle d’André Forcier  vidéo partie1  vidéo partie 2

Une réflexion au sujet de « Tout le monde en parle du film «Je me souviens» + André Forcier en 16 questions »

  1. Bonjour,

    sur votre page, il y a un lien pour le vidéo de l’entrevue d’André Forcier à Tout le monde en parle… Cependant, le site YouTube indique que le vidéo a été « retiré par l’auteur ».

    Serait-il possible d’avoir accès à ce vidéo?

    En vous remerciant grandement,
    Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *