Entrevue:Les parents de David Fortin s'accrochent à l'espoir de retrouver leur fils disparu

Entrevue:Les parents de David Fortin s'accrochent à l'espoir de retrouver leur fils disparu

 Mise à jour 09:00
Actualité Société T.V

Emission «Tout le monde en parle»
Dimanche 15 mars 2009

Caroline Lachance et Eric Fortin en entrevue avec Guy A.Lepage    
 
Leur fils de 14 ans, David, est disparu depuis le 10 février dernier. Ce matin-là, il n’est pas monté dans l’autobus qui devait le reconduire son école d’Alma ou il subissait systématiquement de l’intimidation.

La jeunesse en péril

Les parents de David Fortin, 14 ans, Caroline Lachance et Éric Fortin, étaient les premiers invités. L’adolescent est disparu depuis le 10 février. La mère croit que son fils, victime d’intimation à l’école, préparait son départ. Elle dit qu’il n’était pas suicidaire ni dépressif. Il ne se serait pas enlevé la vie, croit-elle. À cause de la musique qu’il écoutait, les chansons d’Hannah Montana (Miley Cyrus), les autres le traitaient de «fif». C’est de cette façon que le harcèlement aurait commencé, raconte Mme Lachance.(selon Julie Rhéaume de Showbizz)

Q- Est-ce que  le comportement de David était différent juste avant sa disparition?
  
R- Oui, bien, différent, avec du recul, je m’aperçois que David, je pense qu’il avait préparé son départ. Même que les deux derniers matins avant qu’il parte, il était venu se coucher avec moi avant qu’on se lève pour le matin, puis il m’avait demandé, il dit :"Maman, réchauffe-moi.", chose que jamais il faisait, ça .  
 
Q- Une récompense de 10 000 $ est promise à toute personne pouvant fournir une information qui permettra de retrouver David. La police a d’ailleurs reçu beaucoup d’informations. Qu’est-ce que vous pouvez nous dire sur votre fils pour qu’on puisse l’identifier?  

R- Il parle pas beaucoup, David. Il engagera pas, il entamera pas une conversation avec quelqu’un.  Il va être assez discret. Puis au niveau de son apparence, tu sais, c’est pas un petit jeune homme…
  
Q- Il a l’air assez costaud.- 1,73 mètre.
  
R- Oui, c’est un peu plus grand que moi,(mère) puis quand même assez épaulé.  

Q- 75 kilos. 
 
R- Oui, puis sûrement que là, il a dû perdre du poids. Il avait initialement, son veston Polaris, c’est sûr qu’aujourd’hui… Il ne doit pu l’avoir. – Aujourd’hui, il ne doit plus l’avoir.  
– Il a reçu de l’aide quelque part.  
 
– Bien, c’est a qu’on se dit par rapport … Et à14 ans, il peut pas être tout seul à se promener dans les rues. Il y a quelqu’un qui l’aide, il y a quelqu’un qui l’héberge puis il y a quelqu’un qui le nourrit parce que, tu sais, ça pas de logique, ça.  
 
Q- Donc David aurait un complice,selon vous.
  
R-  Bien, un complice, on pense pas un complice, ça doit être plus quelqu’un qu’il a rencontré en montant.
  
Q- Ah, vous pensez! que c’est sur son chemin

R- Oui, parce que par rapport la cybercriminalité, ils ont tout checké son ordinateur au complet. Puis il n’y avait rien  – Même l’école ça été vérifié 
  
Q- Madame Lachance, vous n’excluez pas l’hypothèse du suicide. Est-ce que David a déjà eu des idées suicidaires?
  
R- Non. David, il y a pas eu d’idées suicidaires et puis le psychologue  l’avait évalué quelque temps auparavant, Il n’était pas suicidaire ni dépressif et, connaissant mon fils, je croirais pas non plus qu’il porterait un geste. 
 
Q- Là, si David est encore au Québec, il sait que vous le cherchez et il se manifeste toujours pas. Pourquoi, selon vous? 
 
R- David, je pense qu’il s’est formé une carapace contre la souffrance qui fait que c’est comme un mécanisme d’auto-défense, arrêter de souffrir et puis, tu sais, on lui disait souvent : "Ignore, tu sais, ces personnes-là ."Mais à force d’ignorer, bien, tu sais, il a refoulé.
  
Q- Mais ça duré longtemps son histoire aussi? 

R- Trop longtemps, trop longtemps.  
  
Q- Qu’est-ce qui fait qu’on l’intimidait de même? Il avait-tu une caractéristique physique particulière?
  
R- C’est un solitaire. C’est un solitaire puis, lui, il aimait faire des décorations, il jouait sur… T’sais, après ça… apprendre faire la cuisine. Ca, il aimait beaucoup ça.
  
Q- Mais qu’est-ce que les gens lui faisaient l’école? Qu’est-ce qu’ils lui disaient?  

R- Pensez n’importe quel mot… là, que tu peux dire, là , soyez sûrs et certains qu’il les as eus, ces mots-là . Il se faisait… Bien souvent, des fois, il se faisait tabasser, mais il nous le disait pas jamais, là . Jamais, jamais qu’il venait nous dire, qu’il se lamentait, là : "Regarde, là , j’me suis…" Bon. Il y a rien qui se passe par rapport a.  

Q- Mais vous disiez, vous : On le traitait de fif.- Mais est-ce qu’il est un peu efféminé? 
 
R- Non, pas du tout.- Pas du tout, mais parce que,dans son iPod, il avait de la musique Hannah Montana, David, il s’est fait dire : "Tiens, t’écoutes de la musique de fif, 
 
Q- Fait, que c’est là -dessus que ça parti.  

R- Non, je pense pas qu’il était…J’ai rien contre ça, mais sauf que…
  
Q- Supposons qu’il vous aurait appris qu’il était homosexuel, comment vous auriez réagi?  

R- Normalement. Regarde, c’est sa liberté à lui, c’est son choix à lui.  On est 2009. Il y a pas de stress avec ça. Faut pas s’énerver non plus.  On sait pas ou est-ce qu’il est rendu dans son évolution sexuelle,– Mais sauf que, non, je pense qu’il avait des beaux posters dans sa chambre, c’était correct.  

Q- Madame Lachance, vous dites  que David est un enfant solitaire. Je vous cite "Il n’a pas confiance personne, même pas en moi. Il ne me parlait plus parce que chaque fois que je m’en m lais auprès de la direction de l’école, c’était pire et il se faisait écoeurer encore plus. C’était"quoi les derniers évements?
  
R- La veille qu’il parte, David, dans un cours quelconque, il s’était fait dire qu’il était stooleux puis, par cette personne-là, semble-t-il que dans l’après-midi, il aurait dit aussi qu’il voulait lui casser la gueule carrément, là.  

– Tout de suite après ça, il a dit son amie de fille que…Ca fait déborder le vase. C’est, dans l’après-midi, qu’il a dit une copine de classe qu’il en avait assez, que mercredi, pour le bulletin, il ne serait pas là puis qu’il disparaîtrait. 

Q- Pourquoi est-ce que l’école est pas intervenue plus que ça?  

– L’école, avec la commission scolaire, je pense qu’au moins 60 fois on est on est allés  voir l’école pour régler des problèmes, puis Caroline, elle a fait des démarches incroyables pour essayer de trouver des psychologues pour venir en aide, de l’aide dans la classe, mais à part ça, on dirait, l’école, elle n’a jamais pris, vraiment conscience de ce qui se passait parce qu’il faut pas que ça s’ébruite, ces affaires-là.
  
Les écoles, il faut qu’elles aient une bonne cote en fin d’année. Tu sais, si elle n’est pas bonne, l’école, là, les enfants n’iront pas cette école-là. ça fait qu’ il ne faut pas que a sorte dans les médias.  

Q- Les directeurs ont été complice de ce qui est arrivé à David?
  
R- En tout cas, moi, tout ce que je peux vous dire, c’est que le14 janvier dernier, j’avais vu le médecin de David. Le médecin m’avait remis un papier pour remettre l’école. Sur lepapier, ça disait que David était en danger dans son école, qu’il devait y avoir  des mesures…  c’est un pédopsychiatre qui a dit ça. 
 
Q- Puis pourquoi vous l’avez pas changé d’école?  
 
R- Changer un enfant d’école, c’est assez compliqué, puis après ça, on est quand même au Saguenay-Lac-Saint-Jean, des écoles secondaires, il en a pas 1000. Cela fait que c’est assez compliqué.  
 
Q- Depuis que c’est arrivé, est-ce qu’il a des professeurs ou des élèves qui se sont excusés? 
 
R- Pas envers nous sûrement, non.  
 
– Non.disons que le professeur, moi, je n’ai rien à lui reprocher. – Puis les jeunes en question,on les connaît pas puis je veux même pas savoir qui sont-ils.  
– Je connais leur nom puis, on regarde, les parents…  – Ils ont souvent besoin d’aide aussi, comme vous disiez, ces intimidants-là .  
– Oui, exactement. aussi, ce problème-là. Probablement qu’ils doivent même pas le dire leurs parents le soir : "Eille, je l’ai écoeuré, lui, pas à peu près."  

Q- Il a quitté son école,sa famille.  

R- Oui. Oui, c’est sûr qu’il a quitté la maison. – Le matin quand il est parti, là , quand il fermé la porte en arrière de lui, l …  
 
– Il fallait qu’it soit fort parce que… Très fort. Fallait qu’il le soit… Il avait beaucoup de courage pour le faire. En tout cas, une chose est sûre, c’est qu’il est inlligent parce qu’on n’est pas capable de le retrouver nulle part. Il se cache bien  
 
Q-Si vous retrouvez David,

R- il ne retournera pas l’école publique Camille-Lavoie. ça, c’est certain.  Ça, c’est sûr et certain.  
 
Q- Puis vous, est-ce que vous avec des regrets face lui? Est-ce qu’il a des choses que vous auriez aimé lui dire ou que vous lui avez dites que vous auriez aimé ne pas lui dire?
  
– Non, ça, non, par rapport à la manière qu’on l’a élevé,  je pense qu‘on a toujours été des très bon parents puis même..l’école nous a toujours dit qu’on était des excellents parents. Je pense que tout est correct par rapport à ce qu’on a fait.

En tout cas, on l’a élevé du mieux qu’on a pu. Il a pas manqué d’amour, ça, c’est certain. Puis je pense que David, comme on disait, il a perdu confiance en tout le monde, particulièrement probablement moi parce que c’était toujours moi qui était plus proche vu que mon maritravail au loin, parce que David aussi, il voyait que j’avais de la peine de pas être capable de résoudre son problème. 

Aussi pour moi s’il se serait confié sur tout ce qui pouvait lui arriver, il serait pas parti, David. Je l’aurais gardé avec moi, puis c’est la première chose que je vais faire quand il va revenir, je vais le garder avec moi jusqu’au temps que David me dise :

"Maman, aujourd’hui, je commence à être heureux,  puis je peux commencer aller un peu plus loin."
  
Q- Madame Lachance, le 22 février dernier, la ministre de l’Education, Michelle Courchesne, est venue sur plateau, elle a commenté la disparition de David, est-ce que ses paroles vous ont réconforté – Sur ce qu’elle a dit, que l’enfant doit collaborer, parler avec ses parents, parler avec le professeur, que les parents doivent être en bonne collaboration avec le professeur et la direction de l’école.

R- Voyez-vous, c’est ce qu’on a toujours fait et c’est ce que David faisait, et on s’aperoit que, regarde, ça vaut zéro quand même en tout cas, pour notre cas, c’est sûr que c’est zéro parce que c’est ce qu’on a fait, puis il y a rien qui a changé.  
 
Q- Avez-vous parlez à Mme Courchesne? 
 
– Oui, j’ai parlé à Mme Courchesne dernièrement, puis on doit se reparler.- Mme Courchesne, elle, elle contrôle, c’est le boss en haut. Elle,  et les DG  des commissions scolaires. Si les DG disent ce qu’ils veulent bien dire à la ministre Courchesne, c’est que tout va bien.  

-Comme j’ai dit tantôt, l’école, faut pas qu’elle change. Il faut toujours qu’elle soit la plus haute possible, faut pas qu’elle baisse, ça fait que… Comme n’importe quel employé qui parle son patron, il essai toujours de se valoriser. C’est le même principe.
  
Q- Si David est au Québec, et s’il sait que vous êtes ici ce soir, qu’est-ce que vous avez lui dire s’il vous regarde ce soir? 
 
R- David, ça te demande beaucoup de courage pour revenir la maison. Puis de te demander de nous faire confiance, c’est beaucoup aussi te demander. Mais je te le redemande avec mon coeur, puis tu le sais que je t’aime, je te demande de revenir. Demande de l’aide quelqu’un, la première personne que tu rencontres, demande qu’elle communique avec la police, puis ça va se faire tout seul,

David, reviens, la belle vie t’attend. C’est vraiment ce qu’il y a de plus beau qui va t’attendre, David. Reviens.
 
Puis David, avec tout ce qu’il est en train de faire, c’est mon héros moi, puis je pense qu’il est en train de faire changer beaucoup d’affaires au Québec.  En tout cas, au Saguenay-Lac Saint-Jean, c’est en train de bouger pas mal par rapport à l’opinion publique.

Fait que mon homme, si t’entends tout ça, là, tu peux revenir la tête haute puis en claquant dans les mains.  
– Oui, oui. (Applaudissements de l’auditoire) 
 
Le fou du Roi remet sa petite carte

"Une toute petite carte pour un bien grand drame. Ce que je souhaite le plus au monde, c’est que votre cauchemar prenne fin et que si David nous écoute, qu’il vienne nous prouver que les imbéciles non pas eu raison.  Bon courage."(Applaudissements de l’auditoire) (Capture de sous-titre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *