Condamné à payer 4000$ à un locataire pensant qu'il est une «tapette» Il refuse de payer

Condamné à payer 4000$ à un locataire pensant qu'il est une "tapette" Il refuse de payerJustice & Judiciaire
* orientation sexuelle, homosexualité

Un «Gai » gagne sa cause

Mike (nom fictif) est effectivement homosexuel, et lors de l’audition de sa cause, il a indiqué à la juge que lorsqu’il s’exprime en français, sa voix est plus aigue et peut paraître efféminée aux oreilles de certains.

Le concierge d’un immeuble d’appartements de La Petite-Patrie, à Montréal, devra payer 4000$ à un homme à qui il a refusé la visite d’un logement parce qu’il avait «détecté», au son de sa voix au téléphone, qu’il était une «tapette».

Ainsi en a décidé la juge du Tribunal des droits de la personne Michèle Pauzé, dans un jugement récent.

Même si le Tribunal des droits de la personne le somme de verser 4000$ au locataire qu’il a refusé, Jules Bertiboni n’a pas l’intention de payer. 

Un montant que le principal intéressé refuse de payer.

«J’irai en prison trois fois s’il le faut, a lancé Jules Bertiboni, rencontré vendredi devant son immeuble. Ça ne tient pas debout, je n’ai jamais dit ça. C’est une affaire inventée, et sa nièce, elle a fait un faux témoignage. J’ai 70 ans, je suis retraité et je n’ai pas de problème avec personne ici. On a même des étrangers dans l’immeuble, ils pourront vous le dire, je ne refuserais personne», se défend-il avec vigueur, disant vouloir porter en appel ce jugement. selon ce qu l’on peut lire sur le site Rue Frontenac

Lire le texte complet de David Santerre sur Rue Frontenac  du vendredi, 27 mars 2009 13:49 (Photo Chantal Poirier) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *