La médaille d'or en biologie moléculaire remise à un chercheur français, Olivier Voinnet

La médaille d'or en biologie moléculaire remise à un chercheur français, Olivier Voinnet

Actualité Sciences en bref + L’European Molecular Biology

Olivier Voinnet, directeur de recherche CNRS à l’Institut de biologie moléculaire des plantes et médaille d’argent du CNRS, reçoit la médaille d’or 2009 de l’European Molecular Biology, plus haute distinction européenne en biologie moléculaire, pour ses recherches pionnières sur les mécanismes du RNA Silencing chez les plantes. Selon le CNRS

 
La distinction récompense le caractère novateur de ses recherches sur le «RNA Silencing selon Olivier Voinnet», un processus génétique jouant un rôle essentiel dans la protection des cellules des mammifères contre des maladies graves telles le cancer.

«Olivier Voinnet a ouvert de nouvelles perspectives sur la façon de contrôler l’activité des gènes», a souligné Hermann Bujard, directeur de l’EMBO (version traduite en français par Google).

L’équipe de 25 chercheurs de l’Institut de biologie moléculaire des plantes de Strasbourg (est) dirigée par Voinnet travaille à comprendre l’action des micro-RNA, de petits acides ribonucléiques, sur les schémas de développement des organismes, rapporte L’Agence France-Presse via le site Cyberpresse pour lire le texte complet

A propos
Le Grand Prix Scientifique 2009 de la Fondation Louis D. – Institut de France est attribué à Olivier Voinnet, directeur de recherche à l’IBMP et responsable de l’équipe "Mécanismes et rôles biologiques du RNA Silencing chez les eucaryotes ".

Ce prix le récompense, ainsi que son équipe, pour les travaux de recherche conduits dans le domaine des mécanismes de défenses antivirales chez les plantes. 

Olivier Voinnet  partage ce prix avec Hervé Vaucheret, directeur de recherche à l’Inra. publié le 30.03.09 sur le site CNRS source de la photo: Science AAAS

3 réflexions au sujet de « La médaille d'or en biologie moléculaire remise à un chercheur français, Olivier Voinnet »

  1. le presque postulat qui impose les jeunes chercheurs a s’inserer dans des equipes vieillissantes a sujet qui bien souvent n’interesse qu’eux meme, devrait etre remis en cause, quand on voit ce que peut produire un jeune chercheur inventif (qui n’as pas fait sa these en France…probleme de bourse???) loin des vieux pontes rassis des universites…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *