Aux funérailles de la mère du maire Gérald Tremblay

Aux funérailles de la mère du maire Gérald Tremblay

Actualité Société en bref +

Les funérailles de Rolande Forest-Tremblay-

Le maire de Montréal a dû annuler quelques activités prévues à son programme pour vivre ce deuil avec les membres de sa famille.
Durant la cérémonie, le maire a rendu hommage à ses parents. Quelques centaines de personnes y ont assisté, dont plusieurs personnalités politiques.
«Rapporte le site de Radio-Canada»

«Si on a deux élus dans la famille aujourd’hui, c’est grandement à cause de l’ambition de ma mère», a relaté le maire.

«Maman était la personne réconfortante et respirait la joie de vivre. Elle conservait l’ambition de faire des choses et les réalisait avec passion, générosité et autorité. Elle nous a fait grandir avec amour au milieu des joies et des difficultés», sont les paroles prononcées par le maire de Montréal dans son hommage à sa mère. «Selon Mathieu Turbide Le Journal de Montréal via le site canoë»

Pour en savoir plus sur Le maire de Montréal

Gérald Tremblay est le fils de Georges A. Tremblay, notaire criminologue, et de Rollande Forest.

Licencié en droit de l’université d’Ottawa en 1969 puis admis au barreau du Québec en 1970, il est également titulaire d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de la Harvard Business School de Boston obtenue en 1972.

Professeur et chargé de cours à l’École des hautes études commerciales (HEC) de 1974 à 1977, il dirige diverses sociétés (une firme de conseil de 1977 à 1981, la Fédération des caisses d’entraide économique du Québec en 1981 et 1982, ainsi que diverses entreprises dans les secteurs de l’hôtellerie et de la vente au détail de 1982 à 1986, Société de développement industriel de 1986 à 1989) et fut membre du conseil d’administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec et d’Hydro-Québec. Gouverneur de l’Association des MBA du Québec.

Élu député libéral d’Outremont en 1989, il est nommé ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Technologie dans le cabinet Bourassa du 11 octobre 1989 au 11 janvier 1994 et dans le cabinet Johnson (fils) du 11 janvier au 26 septembre 1994. Réélu en 1994, il est nommé Président de la Commission de l’économie et du travail du 1er décembre 1994 jusqu’à sa démission le 15 avril 1996 : il retourne dès lors dans le monde des affaires (HEC, Monitor Company, Rolland, ainsi que diverses participations à des conseils d’administration). Il fut Président du 35e Mondial des Métiers de Montréal en 1999.

Profitant de la baisse de popularité de Pierre Bourque, responsable du projet de "méga-fusion" des 29 municipalités de l’île de Montréal en une seule entité, il est élu pour la première fois maire de Montréal aux élections municipales du 4 novembre 2001 grâce au soutien d’une coalition hétéroclite regroupant notamment des adversaires de cette unification. Il est réélu le 6 novembre 2005, à nouveau devant Pierre Bourque, la participation de 39,03% enregistrée à cette occasion étant la plus faible de l’histoire de la ville.

Homme discret, aimant peu fréquenter les médias, il jouit d’une popularité certaine parmi ses administrés, même si les critiques lui reprochent l’opacité de la gestion de son équipe; il est cependant crédité pour avoir renforcé les mécanismes de consultation au niveau local. Selon Wikipédia 

Site de La Ville de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *