Il n'y a pas de beauté sans science: Cosmétique, art et science vont de pair

Actualité en bref + Art / Sciences
 

 

La recherche sur les œuvres d'art utilise de plus en plus aujourd'hui des méthodes d'analyse non invasives, c'est-à-dire qui permettent d'étudier les objets sans prélèvement.

Telle est l'approche commune qui réunit depuis 15 ans les équipes de L'Oréal Recherche et du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF, CNRS / ministère de la Culture et de la Communication).

Leur objectif : se pencher sur les origines de l'industrie cosmétique, comprendre comment les soins, le  maquillage ou la coiffure sont ancrés dans l'histoire, décrypter les gestes et les matières de beauté au fil des âges, suivre depuis  l'Antiquité l'évolution du contenu des trousses de toilette.

Ces  expertises croisées allient recherche scientifique, technologies de pointe, informations historiques et patrimoine archéologique.

Exposition

Les expositions sont un vecteur intéressant pour faire largement connaître les usages du passé. D'où l'idée du musée de Cluny d'en concevoir une sur l'histoire de la beauté en y intégrant la science.

Au cours de cette exposition, les visiteurs pourront découvrir la composition des fards roses de l'époque romaine pour le visage, les secrets de la coloration capillaire, des onguents pour le corps ou encore ceux du parfum au moyen-âge. Les œuvres présentées renforcent l'idée qu'en cosmétique il n'y a pas de beauté sans science. Pour plus d'infos lire la suite à la source de cet article intiltulé En cosmétique, art et science vont de pair sur le site du CNRS

Un flacon en verre (balsammaire) et sa radiographie. Cet objet contenant un fard ou un collyre a été découvert dans une cave qui servait de dépotoir à la fin du IIIe siècle à Grand (Vosges). La radiographie met en évidence la présence d'un produit dense, conservé au fond, constitué, d'après son analyse chimique, de céruse (carbonate de plomb) essentiellement.

Une réflexion au sujet de « Il n'y a pas de beauté sans science: Cosmétique, art et science vont de pair »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *