Un nonagénaire condamné à perpétuité, 65 ans après son crime

Justice Allemande
Prison à vie 

Un nonagénaire condamné à perpétuité, 65 ans après son crime

Josef Scheungraber devant la cour de Munich le 11 août 2009 Une cour d’assises allemande a condamné mardi à perpétuité, pour un massacre qui avait fait 14 morts en 1944 en Toscane (centre de l’Italie), un ancien officier nazi qui menait depuis une vie paisible en Bavière, dans le sud de l’Allemagne. DDP/AFP – Joerg Koch

 Actualité Insolite + Photo & Vidéo

 * Regardez les images tournées à une cour d’assises allemande

Ce vieil se nomme «Josef Scheungraber (Photo 512×344)» poursuivait sa vie tranquille en Bavière, dans sa ville natale d’Ottobrunn

MUNICH — Une cour d’assises allemande a condamné mardi à perpétuité, pour un massacre qui avait fait 14 morts en 1944 en Italie, un ancien officier nazi qui menait depuis une vie paisible en Bavière, dans le sud de l’Allemagne.

"Josef Scheungraber était le seul officier de la compagnie" de chasseurs alpins qui a tué 14 civils le 26 juin 1944 à Falzano (bien Falzano et non Folzano) di Cortona, en représailles à un attaque de partisans, a souligné le président de la cour d’assises de Munich (Bavière, sud de l’Allemagne), Manfred Götzl.

Le nonagénaire a été reconnu responsable de la mort de dix d’entre eux, "sans aucun doute des civils, des fermiers et leurs fils", mais relaxé des quatre autres accusations d’assassinats, faute de preuve, a annoncé le magistrat.

"C’est un scandale", a réagi l’un des avocats de M. Scheungraber, Klaus Goebl. Il a annoncé son intention de demander la révision du jugement. La peine de prison ne peut pas être appliquée tant que le jugement n’est pas définitif, et M. Scheungraber, 90 ans, est reparti libre.

L’ancien nazi semblait en bonne santé lorsqu’il a écouté la lecture du jugement, vêtu d’une veste traditionnelle bavaroise, de couleur sombre. Il avait récusé les accusations pendant les onze mois de procès. Il affirmait avoir remis les civils à la police militaire et ignorer ce qui leur était arrivé ensuite.

Le jugement a été applaudi par des habitants de Falzano di Cortona (Toscane, centre) et de descendants des victimes, présents dans le public. M. Scheungraber est resté impassible mais son avocat, M. Goebl, a été victime d’un léger malaise.

Une manifestation en marge du procès de Josef Scheungraber a  lieu le 11 août 2009 «rapporte l’AFP (pour le texte complet)»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *