Des jeunes en mal de sensations se drogueraient au liquid paper séché

 

Drogue à bon marché – Liquid Paper: 
Danger: Solvant volatil

Des jeunes en mal de sensations se drogueraient au liquid paper séché

-C’est pour alerter parents, éducateurs et commerçants et prévenir aussi les jeunes du danger que Stéphane Leclerc rend l’information publique.

La drogue des pauvres.
Il ne s’agit pas d’une pratique répandue, mais cela inquiète : des jeunes en mal de sensations à peu de frais se drogueraient au liquid paper séché, gratté et réduit en poudre, sniffé ensuite comme s’il s’agissait de cocaïne.

L’information est préoccupante, estime Stéphane Leclerc, chargé d’un projet de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, subventionné par Québec et Montréal.

L’usage de l’effaceur liquide à cet usage est connu de longue date.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le produit est interdit à l’école, sous forme liquide. C’est pour cela aussi que certains fabricants ont été forcés de réduire sa composition en solvants.

Comme son odeur était relativement agréable, on ajoute d’ailleurs, parfois, de la moutarde à sa composition, dans le but de décourager l’inhalation de ses vapeurs toxiques, voire mortelles.

Son effet serait aussi dangereux et irrémédiable que celui de la colle chauffée. Lire le texte complet de Serge Labrosse Le Journal de Montréal Via le site Canoë – Infos – société

A PROPOS

Le liquid paper est un solvant volatil

Les solvants volatils sont des psychotropes puissants, facilement disponibles et de très faible coût. On les retrouve dans diverses colles, la laque, le vernis, la peinture en aérosol, le diluant à peinture, le liquide correcteur (Liquid Paper®), l’essence, le combustible à briquet, les liquides antiadhésifs en vaporisateur (PAM®), les réfrigérants (Freon®), certains agents nettoyants et plusieurs autres produits domestiques et industriels.   
 
Effets et dangers des solvants volatils

Leurs effets ressemblent à ceux d’une intoxication instantanée à l’alcool. Leur emploi régulier et abusif est particulièrement fréquent chez les adolescents et les individus les plus démunis. Leur abus entraîne des risques sanitaires très élevés et peut conduire à des troubles psychologiques, neuromédiateurs , sanguins, hépatiques, cardiovasculaires et respiratoires. Le syndrome de sevrage ressemble à celui des autres dépresseurs du système nerveux central. rapporte le site Tox Québec  pour en savoir plus visitez le site 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *