La «nouvelle orthographe» de la «mini réforme» suscite l'inquiétude

Écoles du Québec – Langue française:

La maîtrise du français des finissants du secondaire est déjà déficiente, soulignent des profs, qui craignent que la nouvelle orthographe ne complique la situation.  

Le prof, qui compte une vingtaine d’années d’expérience, a fait parvenir au Journal de Montréal trois textes écrits par ses étudiants, au début de la session.

En quelques phrases seulement, ces finissants du secondaire ont commis une quantité impressionnante d’erreurs de grammaire, de vocabulaire et de syntaxe. «Je vous ai envoyé les pires, avoue M. Adam, mais les autres ne sont pas beaucoup mieux, soupire-t-il. Ça se détériore d’année en année.»

«Ognon» et «iglou»

Pascal Adam a sursauté, hier, en apprenant dans le Journal que les élèves ne seront plus pénalisés, à compter de juin 2010, s’ils écrivent des mots comme «ognon», «nénufar» ou «iglou» dans les examens du Ministère.

Ces termes, qui peuvent ressembler à des erreurs de français pour bien des parents, sont en fait le résultat de rectifications approuvées par l’Académie française, il y a une vingtaine d’années.

Voici les textes fautifs

Cette «mini-réforme» orthographique vise à «simplifier» la langue, selon les experts, en éliminant de nombreux d’accents circonflexes, traits d’union, consonnes doubles et anomalies historiques. Texte complet au Journal de Montréal

Une réflexion au sujet de « La «nouvelle orthographe» de la «mini réforme» suscite l'inquiétude »

  1. Bonjour,
    je suis en dernière année  d'institutrice primaire et je réalise mon TFE sur l'orthographe.
    J'aimerais  pouvoir entrer en contact avec cet instituteur car j'aurais quelques questions à lui poser.
    Merci
    Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *