Des vivants et des morts cohabitaient dans le salon

Des vivants et des morts cohabitaient dans le salon

Voir la nouvelle en vidéo (espagnol)

ABC.esTexte traduit en français

MADRID — Événement tragique:  Voir la nouvelle en vidéo

Deux mois sans aller en classe 

San Martin de Valdeiglesias Ce sont les écoles des enfants décédés, après plus d’un mois d’absence scolaire, qui ont alerté la mairie, qui à son tour a demandé à la police de se présenter à leur domicile.

Quatre membres d’une famille d’origine taïwanaise ont cohabité pendant de nombreux jours avec les cadavres de trois proches, gisant dans leur salon, sans signaler leurs morts aux autorités, un fait divers qui défrayait la chronique vendredi en Espagne.

Trois corps, celui du père et de deux enfants, une fillette et un adolescent, de cette famille installée depuis 2006 à San Martin de Valdeiglesias, près de Madrid, ont été retrouvés mercredi dans un "état avancé de décomposition", selon les secours.

Dans la maison se trouvaient également la mère et trois autres enfants, deux filles et un garçon, bien vivants, mais en mauvaise santé, après avoir vécu apparemment pendant plusieurs semaines dans des conditions insalubres. Les jeunes ont été dirigés dans un refuge de la Communauté de Madrid, tandis que la mère a été transportée à l’hôpital pour un examen psychiatrique .

Les médecins de l’Hôpital d’ Alcorcón vont évalué si Mme Lee est capable de prendre soin de leurs enfants. Les autorités pourraient alors commencer le processus de légalisation des familles d’accueil à San Martin de Valdeiglesias ou ailleurs dans la région.

La ville de San Martin de Valdeiglesias a annoncé qu’elle se chargera de l’enterrement des trois personnes mortes dans la ville, si aucune famille ne les réclame, ou soit demandé à être rapatriés dans leur pays d’origine.

Pendant ce temps, les enquêtes menées dans cet événement tragique se poursuit. Si les premières conclusions fournies par l’autopsie pratiquée vendredi a révélé que l’origine de la mort était due à une intoxication alimentaire, la Guardia Civil est en attente de tests toxicologiques pour déterminer la cause précise du décès.

La police locale a rapporté: qu’il y avait, des plats et des verres pleins de moisissure, et une odeur nauséabonde y régnait. Ils en revenaient pas en pensant surtout qu’il y avait des enfants qui avaient vécu là longtemps, avec des cadavres.David Carrillo a expliqué que les quatre survivants étaient "très sales et négligés, et que la mère était dans un état qui était pire parce qu’elle ne pouvait pas marcher.

Selon les témoignages recueillis par le journal El Pais, cette famille sans problèmes apparents, aurait pu avoir été influencée par "un sorcier ou un prophète" de son pays, l’ayant encouragée à continuer à vivre avec les cadavres à domicile.

 AFP  Telemadrid  Orange.es (Orange .es traduit en Français pour lire plus de détails)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *