La juge Hélène Morin matraque la GRC

 Trafic de drogues

Actualité / Justice
En bref +

La juge Hélène Morin matraque la GRC
Image: capture d’écran JDM

Une juge condamne les façons de faire de la GRC qui a laissé un agent d’infiltration vendre des centaines de kilos de cocaïne et même menti pour qu’il obtienne une libération conditionnelle moins sévère.

L’utilisation par la police, pour la première fois au Canada, d’un détenu en libération conditionnelle, vient de tourner à la catastrophe : la juge Hélène Morin a décrété un arrêt des procédures dans la cause de Christopher Tune, accusé d’avoir comploté en vue de l’importation spectaculaire de cocaïne avec une organisation criminelle.

La décision pourrait avoir des répercussions désastreuses dans plusieurs causes inscrites -et même déjà jugées -devant les tribunaux. Même dans les projets impliquant des Hells Angels, soit SharQc et Baladeur, a-t-on appris.

L’agent d’infiltration Pierre Tremblay est au coeur de toute la problématique. Il est un élément crucial de la preuve amassée dans plusieurs projets d’enquête de la GRC, notamment les projets Cubain et Cabernet, qui ont permis d’arrêter plusieurs trafiquants de drogues.

Drogue, mensonges et cachettes… / Jusqu’à 200 kg de cocaïne… / Un jugement percutant / Ce que la juge a dit: ….

Pour en savoir + lire Marc Pigeon du Journal de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *