Une autre pierre pour Benoît XVI: par son prédicateur personnel le père Raniero Cantalamessa

Une autre pierre pour Benoît XVI: par son prédicateur personnel le père Raniero Cantalamessa Église Catholique – Scandales pédophiles –

CITE DU VATICAN — Un chemin de croix 2010, secouée par une cascade de scandales d’abus sexuels sur des mineurs de la part de prêtres et religieux, souvent couverts par leur hiérarchie, l’Eglise catholique a tenté de se défendre vendredi, selon le 20 minutes.fr

En plus, le prédicateur personnel de Benoît XVI, le père Raniero Cantalamessa, vient de créer une polémique en comparant ce vendredi les accusations portées contre le pape et l’Eglise catholique dans les scandales de prêtres pédophiles aux "violences collectives" «l’holocauste» subies par les juifs.

Le Vatican a pris ses distances avec ces propos, soulignant qu’ils ne reflètaient "pas la position officielle" de l’Eglise.

Lors d’une homélie du Vendredi Saint en la basilique Saint-Pierre, en présence de Benoît XVI, le père Raniero Cantalamessa a déclaré qu’un ami juif lui avait écrit une lettre pour dénoncer les "attaques" contre le pape et l’Eglise. L’auteur de la lettre, cité par le prédicateur, fait part de son "indignation" devant "les attaques violentes et concentriques contre l’Eglise, le pape et tous les fidèles du monde entier". "L’utilisation du stéréotype, le passage de la responsabilité et de la faute personnelles à une faute collective me rappellent les aspects les plus honteux de l’antisémitisme", poursuit-il. Les juifs "savent d’expérience ce que signifie être victime de violences collectives et pour cela ils en reconnaissent rapidement les symptômes récurrents", a ajouté le père Cantalamessa.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a souligné vendredi soir que le prédicateur ne s’exprimait pas au nom du Saint-Siège. Il a estimé que les propos de Raniero Cantalamessa pouvaient susciter des "malentendus" et ne reflètaient "pas la position officielle de l’Eglise". Suite La Presse Canadienne

«Une insulte pour les victimes d’abus sexuels et les Juifs»

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a bien déclaré à l’AFP qu’il s’agissait «d’une lettre lue par le prédicateur, et non pas de la position officielle du Vatican», le mal est fait.

 «Cela fait mal au coeur de voir un responsable de haut rang du Vatican, une personne avisée, faire des remarques aussi sévères, qui sont une insulte aussi bien pour les victimes d’agressions sexuelles que pour les juifs», a déclaré dans un communiqué David Clohessy, qui dirige un groupe de défense des victimes de prêtres pédophiles, le SNAP (Survivors Network ot those Abused by Priests). raporte le 20 minutes.fr

Plutôt cette semaine, un avocat des États- Unis veut entendre le témoignage du pape, William McMurry a déposé une motion devant un juge fédéral du Kentucky pour interroger sous serment le pape Benoît XVI dans le cadre des affaires de prêtres pédophiles aux Etats-Unis. selon La tribune de Genève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *