NEW DELHI: Un prêtre catholique accusé d'avoir agressé sexuellement une adolescente, laisse volontiers son pays natal

Les scandales de l’Église Catholique –

NEW DELHI: Un prêtre catholique accusé d’avoir agressé sexuellement une paroissienne adolescente dans le Minnesota, a déclaré mardi qu’il laisse volontiers son pays natal, l’Inde et d’essayer de laver son nom devant les tribunaux si les États-Unis ont tenté de l’extrader.

Voyez la nouvelle sur Times India (anglais)
Capture d’image

Pendant ce temps, l’évêque, qui supervise le révérend Joseph Palanivel Jeyapaul a dit qu’il avait annulé une recommandation du Vatican que le prêtre accusé soit retiré de la prêtrise et a appliqué sa propre punition moindre. «A moins que la culpabilité est prouvée, nous ne pouvons pas prendre toutes les mesures énergiques», a déclaré le révérend A. La plupart des Almaraj du diocèse de Ooty.

Dans une autre affaire, une Eglise officielle a confirmé mardi qu’un prêtre reconnu coupable d’attouchements sur une fille 12 ans il y a plus d’une décennie rentre chez eux en Inde où il servait encore comme un prêtre.

Le révérend Francis X. Nelson a été condamné à quatre mois de prison en 2003 dans le cadre de son rôle en tant que prêtre en visite dans une église à Brooklyn. Sa victime a témoigné que Nelson a montré jusqu’à l’appartement de sa grand-mère sans y être invité et son tâtons.

Nelson a toutefois nié qu’il était le même prêtre qui avait servi à New York et a raccroché. Toutefois, son évêque, Mgr Peter Remigius, a confirmé que Nelson était retourné à Inde après avoir purgé sa peine de prison et a continué à travailler en tant que prêtre dans le bureau de l’évêque dans son diocèse d’origine Kottar en Inde méridionale.

"Sa condamnation a été terminé, et il a terminé son mandat», dit Rémi. "Il n’est pas responsable de toute la paroisse … il aide les gens qui sont alcooliques."

Rémi a déclaré Nelson était déjà retourné à Kottar quand il a repris comme évêque en 2007. Il n’était pas au courant de toute correspondance entre le Vatican et son prédécesseur, plus le révérend Leon A. Tharmaraj, quant à savoir si Nelson devrait être retiré de la prêtrise après sa condamnation. Tharmaraj mourut en 2007.

La révélation vint un jour après que des critiques de l’Eglise catholique a souligné cas Jeyapaul comme un autre exemple de ce qu’ils ont dit est une pratique de la protection de l’enfant molester les prêtres de la loi. Jeyapaul, qui a nié les accusations, a été l’un des nombreux prêtres étrangers se sont traduits pour aider à combler les pénuries dans les paroisses des États-Unis. L’année dernière, environ un quart des nouveaux prêtres aux États-Unis étaient nés à l’étranger, selon le Centre pour la recherche appliquée dans l’apostolat à l’Université de Georgetown.

Jeyapaul, 55 ans, est venu au Minnesota en 2004 et a été affecté à des travaux au Saint-Sacrement Église catholique en Greenbush, une ville de moins de 1.000 personnes, juste au sud de la frontière canadienne. En 2005, il est allé en Inde pour rendre visite à sa mère malade.

Alors qu’il était en Inde, il a été accusé d’avoir une relation inappropriée avec une fille de 16 ans, et Mgr Victor Balke du diocèse de Crookston, Minnesota, a déclaré à Jeyapaul de ne pas revenir ou qu’il irait à le police. Jeyapaul a ensuite été accusé d’avoir agressé sexuellement un paroissien de 14 ans féminines.

Balke a également notifié à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le bureau de haut au Vatican qui était auparavant dirigé par le Pape Benoît XVI et gère toutes les affaires de violence impliquant des prêtres.

Le Vatican a déclaré fonctionnaires pensée Jeyapaul devrait être retiré de la prêtrise, mais en vertu du droit église, la décision appartient à l’évêque local en Inde. Almaraj tenu son propre procès canonique et condamné Jeyapaul de passer une année dans un monastère.

"Il ne voulait pas quitter la prêtrise, alors puis nous avons pris ce processus administratif», a déclaré Almaraj. "Il est accusé. S’il est prouvé qu’il est coupable, alors les mesures nécessaires seront prises avec les directives du Vatican. "

En mai 2006, une lettre, un responsable du Vatican a déclaré l’évêque Jeyapaul en Inde avait été chargé de surveiller le «  afin qu’il ne constitue pas un risque pour les mineurs et ne crée pas de scandale. »

Le Vatican a déclaré qu’ils ont coopéré avec les efforts de l’extrader vers les Etats-Unis – même de fournir aux autorités de son emplacement exact de l’Inde. Almaraj avait dit qu’il n’y avait pas eu de discussion de Jeyapaul retour aux États-Unis pour répondre aux accusations, mais il a dit mardi que la lumière de la critique très publique de l’affaire, il faut revenir en arrière.

" Il est de son devoir de prouver son innocence, »at-il dit. Dans un communiqué de presse brève tard dans la journée, a déclaré Almaraj cas Jeyapaul serait renvoyée à la Conférence des évêques catholiques de l’Inde de poursuivre l’action.

Jeyapaul, qui continue à travailler dans le bureau diocèse de manutention de la paperasserie pour les écoles, a déclaré qu’il ne mettrait pas un combat, si les États-Unis ont tenté de l’extrader. "Je suis prêt à aller parce que je suis innocent. Je suis prêt à prouver que je n’ai pas fait de mal, »at-il dit.

Lisa Hanson, Le procureur dans le nord du Minnesota Roseau County, a déclaré que son bureau a travaillé avec le ministère américain de la Justice d’extrader Jeyapaul. "Il est accusé de crimes graves ici dans ce pays », a déclaré Hanson. " Nous voulons la justice pour la victime ici et nous voulons faire tout notre possible pour protéger les victimes potentielles futures partout. »

Les responsables du ministère des Affaires étrangères de l’Inde n’étaient pas disponibles pour discuter de savoir si les États-Unis a demandé l’extradition  Jeyapaul. "Il est accusé de crimes graves ici dans ce pays », a déclaré Hanson. «  Nous voulons la justice pour la victime ici et nous voulons faire tout notre possible pour protéger les victimes potentielles futures partout. »

Les responsables du ministère des Affaires étrangères de l’Inde n’étaient pas disponibles pour discuter de savoir si les États-Unis a demandé l’extradition de Jeyapaul. Jeyapaul dit à tort à ses accusateurs ciblées lui pour obtenir l’argent du diocèse du Minnesota, et il a combattu le dos contre la recommandation du Vatican qu’il ne soit plus un prêtre. "J’ai expliqué au Vatican que je ne suis pas coupable, alors je ne veux pas quitter la prêtrise, »at-il dit.

Un avocat de la victime présumée dans le cas du Minnesota, Jeff Anderson, a exigé Jeyapaul être suspendu et renvoyé aux États-Unis "Tout le monde savait qu’il y avait un problème sérieux, mais ils ont choisi de ne pas demander et ils ont choisi de ne pas dire, »a dit M. Anderson.

Le Vatican a dénoncé ces accusations et a blâmé les médias pour ce qu’il appelle une campagne de dénigrement contre le pape et ses conseillers. Rapporte The Times India


NEW DELHI — Selon l’Associated Press lundi, un prêtre indien accusé de pédophilie aux Etats-Unis est toujours en fonction en Inde

Un prêtre catholique indien revenu dans son diocèse d’origine à la suite d’accusations d’abus sexuels sur une adolescente de 14 ans aux Etats-Unis a déclaré à l’Associated Press lundi qu’il n’avait aucune intention de se livrer à la justice américaine. Son évêque le soutient et le Vatican dit le surveiller.

Deux chefs d’inculpation pour conduite sexuelle illicite, passibles chacun de 30 ans d’emprisonnement, ont été prononcés aux Etats-Unis contre Joseph Palanivel Jeyapaul, à la suite de la plainte d’une jeune paroissienne de l’Eglise du Saint-Sacrement à Greenbush (Minnesota), où il travaillait.

L’adolescente l’accuse de l’avoir menacée de tuer sa famille si elle ne venait pas au presbytère, où il l’aurait forcée à lui faire une fellation et aurait pratiqué des attouchements à l’automne 2004.

"Je ne connais pas du tout cette fille", a déclaré le père Jeyapaul, contacté par téléphone par l’AP. Il a ajouté qu’il ne se livrerait pas à la justice américaine. Suite  La Presse Canadienne

Une réflexion au sujet de « NEW DELHI: Un prêtre catholique accusé d'avoir agressé sexuellement une adolescente, laisse volontiers son pays natal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *