Les courriels du dalaï-lama entre les mains des pirates chinois

Les courriels du dalaï-lama entre les mains des pirates chinois

Actualité Monde  

Internet Technologie

Des cyber-espions basés en Chine ont attaqué le gouvernement indien et le Dalaï Lama

Les hackers utilisent des services en ligne, y compris Twitter, les groupes Google et Yahoo Mail. Les systèmes des entreprises ne sont pas eux-mêmes compromis, mais leurs services ont été utilisés pour envoyer des instructions aux ordinateurs.

Les intrus ont pénétré dans des dizaines de réseaux de haut niveau du gouvernement, des ambassades et des organisations internationales,rapporte le site en anglais The Guardian

PEKIN —  Des pirates informatiques basés en Chine ont dérobé des informations relatives à la sûreté nationale indienne, 1.500 courriers électroniques émis par le bureau du dalaï-lama et d’autres documents sensibles, selon un rapport d’une équipe de recherche canadienne rendu public mardi.

Des chercheurs de l’université de Toronto, au Canada, ont suivi ces actions de piratage pendant ces huit derniers mois et ont pu en remonter la piste jusqu’à des serveurs informatiques installés en Chine et des personnes installées dans la ville de Chengdu (sud-ouest).

Les chercheurs soulignent n’avoir "aucune preuve de l’implication de la République populaire de Chine (RPC)". "Mais, une importante question qu’il faut se poser est de savoir si la RPC prendra des mesures pour fermer le réseau Shadow", nom donné à cette opération de piratage, observe le rapport.

Le gouvernement indien n’avait toujours pas commenté mardi ces informations. Le ministre indien des Affaires étrangères S.M. Krishna doit participer cette semaine, en Chine, aux célébrations du 60e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays. La rivalité militaire entre l’Inde et la Chine s’est accentuée ces dernières années, sur fond de conflits frontaliers.

Source:  PC   Le Figaro pour en savoir davantage et en anglais The Guardian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *