La lettre de Hans Küng: Benoît XVI met l'Eglise catholique dans la plus profonde crise de confiance

Actualité Religion:
Église catholique romaine

Des églises vides, et maintenant un autre scandale:

Cinq années après l’inauguration de Joseph Ratzinger comme pape. Benoît XVI a mis l’Eglise catholique dans la plus profonde crise de confiance depuis la Réforme dit le théologien.

Le théologien allemand a exhorté les évêques à désobéir Pape Benoît XVI

Le théologien allemand Hans Küng a exhorté les évêques à désobéir au pape et à promouvoir les réformes dans l’Église catholique romaine.

Le collègue de 82 ans, et ancien ami du pape Benoît XVI a dit que l’Église est dans sa crise la plus profonde depuis la Réforme protestante, après les récentes révélations d’abus sexuels par le clergé et l’érosion consécutive de la confiance.

M. Küng, un vétéran du deuxième Concile du Vatican, a déclaré dans un éditorial (lettre ouverte) dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung (traduit automatiquement en français ici) que les évêques devrait appeler à un nouveau synode pour discuter des réformes.

Il a dit qu’il est légitime pour les évêques à la pression des autorités romaines du pape, en ajoutant que les évêques ne doivent pas être des «acteurs sans voix et sans droits».

La lettre ouverte de Hans Küng dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung (traduit automatiquement en français iciet repris par le site Le Monde

Hans Küng, 82 ans, est professeur émérite de théologie œcuménique à l’Université de Tübingen et président de la Fondation Ethique mondial. Photo: dpa

Une crise de confiance historique

Lettre ouverte aux évêques catholiques du monde, par Hans Küng

La lettre débute ainsi: Joseph Ratzinger, désormais Benoît XVI, et moi-même étions entre 1962 et 1965 les plus jeunes théologiens du concile Vatican II. Aujourd’hui, nous sommes les deux plus âgés et les seuls à être encore pleinement en activité. Mon œuvre, je l’ai toujours mise au service de l’Eglise.

C’est pourquoi, en ce cinquième anniversaire de l’intronisation du pape, je me tourne vers les évêques, par cette lettre ouverte, préoccupé que je suis par le souci que nous donne notre Eglise en proie à la plus profonde crise de crédibilité qu’elle ait connue depuis la Réforme. Je n’ai en effet pas d’autres moyens de les atteindre…suite dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung (traduit automatiquement en français iciet repris par le site Le Monde

Une réflexion au sujet de « La lettre de Hans Küng: Benoît XVI met l'Eglise catholique dans la plus profonde crise de confiance »

  1. Depuis des siècles, des hommes dont beaucoup étaient de bonnes fois ont tenté de l’intérieur en vain de réformer l’Église catholique. M. Küng n’est qu’un autre sur cette longue liste. Avant l’Église éliminait la critique sur le bûcher. Elle se sentait invincible et toute puissante. Elle a encore beaucoup d’influence, mais les nations ne lui permettent plus de dominer sur elles.
     
    J’ai l’impression qu’elle espère toujours le retour de sa gloire et de sa puissance du passé. C’est pour cela qu’elle s’obstine à garder le statu quo. Pour acheter du temps, entre temps, elle donne des miettes.  
     
    D’autres ont jugé que ses crimes passés et présents sont tellement grands qu’elle est irréformable et ont décidé de se joindre à une autre religion ou sont devenus non pratiquants ou athées. L’Église fait vivre les évêques, penser que des hommes assez âgés vont changés et vivre le reste de leurs jours dans la précarité est mal connaître la nature humaine. Ces derniers, des gens de carrières, connaissent très bien les magouilles du Vatican. Beaucoup ont fermé les yeux durant des décennies. Eux aussi font partie du système.  
     
    Il serait peut-être temps pour M. Küng d’évaluer si l’histoire du catholicisme est dans les faits fondée sur l’amour. Cette qualité est la pièce maîtresse du christianisme. Si elle ne s’y trouve pas, il faudrait que M. Küng regarde ailleurs. Car le Vatican ne peut donner ce qu’il n’a pas.   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *