Personne n'a survécu à une deuxième explosion à la mine de Pike River «Tous ont péri»

Mise à jour 6 avril 2015 : certains liens ou vidéos erronés ont été supprimés sur cette page

Vidéo – Actualité –

Nouvelle-Zélande Les 29 mineurs sont morts –

 «Je dois malheureusement annoncer aux Néo-Zélandais qu'il y a eu une autre explosion très forte aujourd'hui à 14H37 (01H37 GMT) sous terre et que (…) personne n'a survécu», a déclaré le commandant de la police Gary Knowles, qui coordonne les secours. «Tous ont péri».

«Nous entamons à présent la phase de récupération» des corps, a dit le responsable de la police. «J'étais à la mine quand cela s'est produit et l'explosion a été terrible».

«C'est une tragédie nationale», a réagi le Premier ministre John Key, annonçant que les drapeaux seraient mis en berne sur les bâtiments publics.

«La Nouvelle-Zélande est un petit pays, un pays où nous sommes tous frères. Perdre nombre de nos frères est donc un coup terrible», a-t-il ajouté. «Aujourd'hui, tous les Néo-Zélandais sont dans la peine. Nous sommes une nation en deuil», selon lui.

«Je sors juste du pub. C'est plein à craquer et totalement silencieux», déclare à l'AFP David Streeter, un homme d'affaires dont le fils Zen, 21 ans, fait partie des disparus. «C'est une atmosphère morbide».

Des habitants ont fait part de leur colère

«La seule chose qui pourrait rendre tout cela encore pire que ça l'est déjà, c'est d'apprendre qu'ils étaient encore vivants après la première explosion», a-t-il déclaré à la chaîne Sky News.

Des habitants aussi ont fait part de leur colère, notamment à l'égard de la police, qu'ils accusent de ne pas avoir tenté d'aller chercher les mineurs tout de suite après l'accident.

«En tant que Néo-Zélandais, j'ai le sentiment que la police nous a laissé tomber», affirme David Streeter. «Ils auraient dû descendre tout de suite. Tous les vieux de la vieille le savent», renchérit Mike Curtis, ouvrier du bâtiment, qui a eu comme apprenti l'un des mineurs disparus, Michael Monk, 23 ans.

«Je ne peux pas y croire. C'est la page la plus sombre de l'histoire de la West Coast (région où se trouve la mine). On ne peut pas faire pire», a déclaré le maire Tony Kokshoorn.

La Nouvelle-Zélande sous le choc après l'annonce de la mort des mineurs selon L'Agence France-Presse  Neil Sands via le site Canoë  

Le premier ministre de la Nouvelle-Zélande, John Key, a soutenu qu'il s'agit d'une véritable tragédie nationale. Il a annoncé qu'il se rendra sur place jeudi afin de rencontrer les familles des victimes et les équipes ayant participé aux opérations de secours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *