Le Ghana: non au sous-vêtements de seconde main

Actualité International Vidéo –

Mise à jour 6 avril 2015 : certains liens ou vidéos erronés ont été supprimés sur cette page

Santé publique –L'interdiction de vendre des sous-vêtements usagés.

En Amérique, ils sont appelés vêtements de seconde vie. Il y a aussi les places de seconde main, comme l'Armée du Salut, les fripperies, les magasins d'aubaines de toutes sortes, et les ventes de garages qui vendent à peu près de tout: les canapés, matelas, chaussettes et pantalons etc…

Selon L'agence France Presse – ACCRA – Le Ghana envisage d'imposer une interdiction sur la vente de sous-vêtements de seconde main en Février, un fonctionnaire a déclaré lundi, citant les risques de santé impliqués dans le colportage des vêtements par les vendeurs ambulants.

"Nous collaborons avec le Conseil d'administration de Ghana pour stopper l'importation de sous-vêtements de seconde main dans le pays comme une mesure visant à promouvoir une bonne santé et réduire les dépenses? «dépenses de santé», a déclaré Appiah Donyinah, directeur de l'importation et l'exportation au  ministère du commerce.

L'application de l'interdiction est sur les importations et les ventes dans la nation ouest-africaine à étendre à d'autres biens d'occasion ainsi, y compris les matelas, mouchoirs, chaussettes et pantalons, a t-il dit.

Les biens d'occasion sont souvent importés des pays riches pour le Ghana et d'autres pays africains .

"Nous avons interdit l'importation de ces articles dans le pays depuis 1994, mais la mise en œuvre n'a pas été efficace", a déclaré Donyinah. «Maintenant, nous allons faire en sorte qu'il soit pleinement mis en œuvre."

Généralement, les gens importent des pays développés, des marchandises  comme les sous-vêtements de seconde main et sont vendus à même les rues de la capitale Accra, à des prix inférieurs aux produits neufs.

Des commerçants locaux sont choqués de cette décision, indiquant qu'il s'agissait pour eux d'une source de revenus importante

"Le gouvernement va nous jeter dehors de nos entreprises avec cette interdiction quand elle entrera en vigueur. C'est ma seule source de subsistance," a déclaré à l'AFP un commerçant Seth Opare,  du marché Makorla d'Accra .

Un autre marchand de pantalons de deuxième main, plaide que l'interdiction est injuste.

«Les gens viennent acheter mes articles car ce n'est pas cher par rapport aux nouveaux sur le marché", a déclaré Kwesi Anim. "Le gouvernement doit prendre en considération le sort des pauvres et de modifier leur décision."

Le Ghana

Le ministère de la Santé vise à améliorer l'état de santé de toutes les personnes vivant au Ghana à contribuer à la vision du gouvernement de tranformer le Ghana dans un pays à revenu intermédiaire d'ici à 2015. Le ministère de la Santé, en partenariat avec ses organismes et intervenants vise à améliorer le capital humain ainsi «créer de la richesse par le biais de santé" par l'élaboration et la mise en œuvre de politiques proactives qui permettront d'améliorer la santé et la vitalité chez les Ghanéens. Rapporte le site du Gouvernement Ghanéen

Ceci pourrait vous intéresser

Vidéo: Le Ghana futur paradis fiscal?
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *