Une maman braqueuse de banque n'a plus droit au tapis rouge mais a droit à dix ans de prison

Actualité International –

Justice & Judiciaire

Insolite-

METZ — (photo afp) Fabienne Levy, accusée des braquages de banques en France et en Allemagne, aux assises de Metz, le 07 décembre 2010.

Cette commerçante de 51 ans reconvertie dans le braquage de banques en France et en Allemagne "pour se venger du système", comparaît jusqu'à mercredi soir avec son fils accusé de complicité, devant la cour d'assises de Metz (est de la France).

Fabienne Levy, est accusée de vols à main armée contre deux agences bancaires en Allemagne, en janvier et octobre 2006, et trois – dont l'un avorté – en France en 2006 et 2007, pour un montant global de 175.000 euros.

Cette ancienne gérante de boutiques de prêt-à-porter de Saint-Avold (est), qui comparaît libre, encourt 20 ans de réclusion criminelle.

Mardi devant la cour, la quinquagénaire a expliqué qu'elle avait basculé dans les braquages de banques après avoir été condamnée en justice à verser 500.000 francs (plus de 76.000 euros) à l'une de ses anciennes employées, ce qui a entraîné sa faillite.

"Quand j'étais commerçante, les banquiers me déroulaient le tapis rouge, a-t-elle raconté. Quand les difficultés sont apparues, ils m'ont traité comme moins que rien", avait-elle déclaré à la presse (AFP) avant les débats.

Mme Levy, armée d'un "pistolet à poivre qui lançait des capsules lacrymogènes", selon ses déclarations devant la cour, arrivait avec perruque et lunettes noires dans les établissements bancaires. "Je n'ai jamais été violente, je leur disais +Bonjour+ en arrivant", a-t-elle assuré.

Titulaire d'une licence de droit, l'accusée s'est illustrée depuis l'ouverture des débats lundi matin par son exubérance, voire son insolence envers la présidente du tribunal. selon AFP

La Cour d'assises de Moselle a condamné mercredi Fabienne Levy à dix ans de prison pour quatre braquages commis contre des banques allemandes et françaises en 2006 et 2007. Son fils Jérémie écope de cinq ans, dont deux avec sursis, pour complicité. "Ma première réaction a été la surprise", explique son avocat Me Jean-Christophe Durand au JDD.fr.

Source texte: AFP JDD

Une réflexion au sujet de « Une maman braqueuse de banque n'a plus droit au tapis rouge mais a droit à dix ans de prison »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *