Percée majeure: un test sanguin capable de dépister des cancers

Percée majeure: un test sanguin capable de dépister des cancersActualité Santé Sciences

Médecine-

Percée majeure dans le monde de la technologie médicale… une arme de taille dans la lutte contre le cancer pourrait voir le jour d'ici deux ans.

Plusieurs sociétés pharmaceutiques en Amérique du Nord travailleraient actuellement à mettre au point de tels tests. Mais c'est le géant pharmaceutique Johnson & Johnson qui a obtenu son homologation de la Food and Drug Administration dès 2004 et publié dans le New England Journal of Medicine et Nature. Depuis lundi, jour de l'annonce d'un accord de commercialisation du test avec l'Hôpital général du Massachusetts

C'est un test sanguin qui peut dépister des cancers avant même qu'ils ne soient découverts par des examens traditionnels.

Pour mieux comprendre cette découverte selon le professeur Michel L. Tremblay, directeur du centre Goodman de recherche le cancer de l'Université Mcgill dit c'est une découverte notable… dépister avant une mammographie ou closcopie.

«Beaucoup de potentiel»

«Ce test commercial, le premier capable de détecter et de compter les cellules cancéreuses, a beaucoup de potentiel», croit le professeur Michel L. Tremblay, directeur du Centre Goodman de recherche sur le cancer de l'Université McGill.

À qui serait proposé le test?

Seulement à des gens en rémission de cancer qui font des suivis, ou alors selon les mêmes lignes directrices que pour une mammographie ou un test de dépistage du cancer de la prostate ou du côlon? rapporte Cyberpresse

Le professeur Tremblay, dit tout dépendra du coût du test. À l'heure actuelle, dans la forme sous laquelle il se présente, il coûterait au minimum 250$. C'est cher, surtout si l'on décide de faire ces tests de façon presque routinière, mais c'est nettement moins qu'une coloscopie, qui peut coûter plus de 2000$.

Chose certaine, pour le patient, «il est autrement plus intéressant de faire de simples tests sanguins que de devoir subir des biopsies à répétition», observe le professeur Tremblay.

Mais attention!

Ce n'est pas infaillible, selon les résultats obtenus jusqu'ici, le test de Johnson & Johnson pourrait se révéler jusqu'à deux fois plus efficace que les tests couramment utilisés.

Il n'est donc pas infaillible, et il reste à déterminer son taux d'efficacité avec plus de précision, au fil de son utilisation en clinique. Difficile de prédire, donc, si ou quand il pourra carrément éliminer le recours aux mammographies, coloscopies et autres, d'autant plus que Johnson & Johnson, pour l'heure, recommande elle-même le recours en appoint à des tests existants.

Pour les entreprises pharmaceutiques, la prochaine étape, dit le professeur Tremblay, consistera à trouver un test qui, non seulement comptera et dépistera les cellules cancéreuses, mais qui donnera en plus accès au matériel génétique de ces cancers. On se rapprochera ainsi grandement du séquençage du génome des cellules cancéreuses.

Ces nouvelles technologies, conclut le professeur Tremblay, «révolutionneront la détection des tumeurs mais aussi la façon de traiter les cancers».

Source image: capture d'écran vidéo Lcn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *