Nouvelles règles sur la malbouffe pour une nutrition plus saine pour les étudiants américains

Nouvelles règles sur la malbouffe pour une nutrition plus saine pour les étudiants américainsInternational -Santé –

Des repas avec moins de sodium, de gras trans et plus de fruits-

Le taux d'obésité a doublé chez les 6 à 12 ans et environ un tiers des enfants et adolescents – soit 25 millions – sont obèses ou en surpoids précise la diètétiste Bridget Lopez.

L'administration Obama sert la vis de la malbouffe dans les écoles selon Le National School Lunch Program qui se refait une peau neuve.

Un régime santé dans les menus scolaires sera offert aux étudiants américains selon de nouvelles règles pour une nutrition plus saine qui devrait entrer en vigueur dès l'année 2012-13.

En vertu d'une nouvelle règle proposée par le Département américain de l'Agriculture , les repas subventionnés à l'école par le gouvernement fédéral sera plus faible en sodium, libre de la plupart des gras trans et riche en fruits, légumes et grains entiers. Tout le lait servi aux enfants sera faible en gras ou sans gras, les frites apparaîtront sur le menu juste une fois par semaine et pour la première fois, il y aura des limites de calories sur les repas.

Les déjeuners à l'école seront désormais combiner d'au moins un grain entier et une protéine, plutôt à ce que les enfants mangent qui sont plein de glucides.

«La première amélioration majeure" dans les normes que «nous avons vu depuis plus d'une décénie», a indiqué le secrétaire à l'Agriculture, Tom Vilsack, » Cela reflète la gravité de la question de l'obésité."

Les repas aura deux minimums et maximums de calories: 550 à 650 calories pour les enfants de la maternelle à la cinquième année du primaire, de 600 à 700 pour la sixième à la huitième année d'école primaire et de 750 à 850 pour les élèves du secondaire.

Les enfants vont adorer cette partie – chaque semaine, une portion de chacun d'une grande variété de légumes comme les carottes, les courges d'été et les haricots doivent apparaître dans les menus.

Les nouvelles normes font partie de l' Hunger-Free Kids Loi sur la santé de 2010 que le président Obama a promulgué le mois dernier. Il couvre les petit-déjeuners et déjeuners scolaires, mais ne s'applique pas à la machines distributrices d'aliment mais qui sera traitée ultérieurement dans une règle distincte.

«C'est une bonne chose», a déclaré la diététiste Bridget Lopez de Long Island College Hospital  aux nouvelles quotidiennes. «Les enfants sont assez jeunes pour qu'ils puissent s'habituer à tout. Il est plus facile de changer leurs habitudes quand ils sont jeunes. Une intervention précoce en abaissant le sodium aidera avant que les enfants soient trop habitué au goût de sel."

Le taux d'obésité a doublé chez les 6 à 12 ans, dit-elle, et environ un tiers des enfants et adolescents – environ 25 millions – sont obèses ou en surpoids, les expose à un risque accru de diabète de type 2, l'hypercholestérolémie et de haute la pression artérielle.

Les enfants consomment entre 30% à 50% de leurs calories quotidiennes pendant qu'ils sont à l'école, en offrant un repas sain on pourrait améliorer leur santé et les attitudes envers la nourriture. Près de 32 millions d'enfants déjeunent à l'école, et près de 11 millions y déjeuner.

Ceci impliquera une nouvelle appoche pour éducation sur la nutrition, dit le Dr Matthew Weissman , directeur médical de la Ryan-NENA Community Health Center du East Village . "L'apprentissage de la saine alimentation est tout aussi importante que les autres leçons que les enfants apprennent à l'école», dit-il. «Ces changements dans le programme est de rendre les repas meilleurs, mais aussi comme enseignement d'une leçon sur la nutrition pour les enfants ."

Le Dr Carla Wolper de Saint- Luke's-Roosevelt Hospital ,a dit: les enfants ont plus de facilité à changer leurs habitudes alimentaires que les adultes. L'école est un bon endroit pour commencer à apporter des changements alimentaires, dit-elle. "Le sodium sera réduit de manière progressive que les enfants ne remarqueront même pas, dit-elle. "Et quand il est fait peu à peu, les enfants vont commencer à aimer ce qu'ils mangent et peuvent ainsi intégrer des changements."

Source: NY Daily News

Plus près de nous «Le CHUS prend un virage santé»

Les cafétérias du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, autant à Fleurimont qu'à l'Hôtel-Dieu, n'offriront dorénavant plus de frites et de boissons gazeuses.

L'établissement a décidé de prendre un virage santé qui va s'étendre à toute son offre alimentaire d'ici le mois de juin.

« Nul n'est mieux placé que nous pour constater tous les jours les ravages d'une mauvaise alimentation. Le CHUS a donc choisi d'assumer cette responsabilité et nous offrirons maintenant des aliments savoureux à haute valeur nutritive. Les usagers pourront donc faire des choix, mais des choix santé », a déclaré la directrice générale du CHUS, Mme Gauthier qui a procédé vendredi matin à l'inauguration des nouvelles cafétérias des deux établissementsselon Radio-Canada.

Malgré un taux d'obésité alarmant –

Deux adultes sur trois font de l'embonpoint ou sont obèses au pays, selon Statistique Canada -, les chaînes de restauration rapide continuent d'offrir des aliments trop gras, trop sucrés et trop salés, a constaté La Presse dans son article «Restauration rapide: une orgie de gras, de sucre et de sel»
.

Une réflexion au sujet de « Nouvelles règles sur la malbouffe pour une nutrition plus saine pour les étudiants américains »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *