Comment la révolution de la Tunisie a commencé

Comment la révolution de la Tunisie a commencé International-

La révolution de la Tunisie vue d'Al Jazeera

Dès le premier jour, les habitants de Sidi Bouzid ont traversé le black-out des médias qui diffusait leur soulèvement.

Sidi Bouazid, Tunisie – Les habitants de Sidi Bouzid a surmonté une lourde censure et la répression policière pour s'assurer que leur soulèvement n'est pas passée inaperçue dans le silence.

Les manifestants sont descendus dans les rues avec «une pierre dans une main, un téléphone cellulaire dans l'autre", selon Rochdi Horchani – un parent de Mohamed Bouazizi – qui ont contribué à briser le black-out médiatique.

Depuis le jour même de l'auto-immolation du vendeur de la rue de 26 ans, qui a déclenché des émeutes causant la direction tunisienne de fuir le pays, les membres de la famille et les amis ont utilisés les médias sociaux pour partager les nouvelles de ce qui se passait à Sidi Bouzid avec les organisations internationales des médias.

Briser le silence des médias

Mohamed Bouazizi n'était pas le premier Tunisien à s'immoller comme acte de protestation publique.

Abdesslem Trimech, au nom de l'un des nombreux cas qui se produisent sans une grande attention médiatique, s'immole dans la ville de Monastir le 3 Mars après avoir fait face à un obstacle bureaucratique dans son propre travail comme le vendeur de rue.

Il n'était pas évident que les protestations qui commencent à Sidi Bouzid se propage à d'autres villes. Il y avait eu des affrontements similaires entre la police et les manifestants dans la ville de Ben Guerdane, près de la frontière avec la Libye, en août.

La principale différence à Sidi Bouzid a été que les habitants se sont battus pour avoir des nouvelles de ce qui se passait à, et ont réussi.

"Nous pourrions protester pendant deux ans ici, mais sans les vidéos personne ne prendrait aucune attention à nous," a déclaré Horchani.

Le 17 Décembre, lui-même et Ali Bouazizi, un cousin de Mohamed Bouazizi, a posté une vidéo d'une manifestation pacifique menée par la mère du jeune homme à l'extérieur du bâtiment de la mairie.

Ce soir-là, la vidéo a été diffusée sur la chaîne Al Jazeera Mubasher. Al Jazeera l'équipe des nouveaux médias, qui chalutent le web à la recherche de vidéos provenant de partout dans le monde arabe, avait ramassé les images via Facebook.

Les médias tunisiens, en revanche, n'ont pas tenu compte de l'insurrection jusqu'à ce que Nessma TV a brisé le silence le 29 Décembre .

Et mis à part un noyau solide de militants, la plupart des Tunisiens n'osait pas reposter les vidéos sur Facebook, jusqu'à ce que les dernières heures du président Zine El Abidine Ben Ali.

Pourtant, même si une majorité était coupé n'a pas activement partager des nouvelles des protestations en ligne jusqu'à la mi-Janvier, des 3,6 internautes millions en Tunisie – un tiers de la population, l'un des taux de pénétration le plus élevé sur le continent africain, selon Internet World Stats – ont été en mesure de suivre les nouvelles de l'insurrection sur les médias sociaux grâce à un noyau solide de militants.

Tout au long de l'insurrection, les manifestants tunisiens se sont appuyé sur Facebook pour communiquer les uns avec les autres. Facebook, contrairement à la plupart des sites de partage vidéo, ne figurait pas dans la censure en ligne de la Tunisie.

Les utilisateurs non-Internet tenus au courant des manifestations par des canaux de nouvelles par satellite, y compris Al Jazeera, France 24 et, de rattraper sur ses concurrents, Al Arabiya.

Les hashtags sur Twitter pour raconter l'histoire de la façon dont le soulèvement est passé du statut local au niveau national dans la portée: # # Bouazizi est devenu sidibouzid, puis # tunisie.

Al Jazeera Nouvelles (anglais) (français) pour lire la suite
*image: capture d'écran
 

Une réflexion au sujet de « Comment la révolution de la Tunisie a commencé »

  1. While the loss of 12 lives in this accident was truly terrible, and also the impact on the environment, comments like this are not helpful and will not bring those people back. We are all human and unfortunately make mistakes/make the wrong decision at times…which in this case lead to a major incident and people died. While I dont want to detract from the good deeds that Brad Pitt has done in New Orleans etc, I have to say in this instance he really needed to think before he spoke!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *