Même en Pologne un politicien veut enlever la croix catholique dans les bâtiments publics

Même en Pologne un politicien veut enlever la croix catholique dans les bâtiments publics International + Vidéo 
Une controverse dans le monde

Campagne pour diminuer le pouvoir de l'Église Catholique ~

Un nouveau parti politique polonais conservateur dans le pays part en campagne pour évincer la croix catholique dans les bâtiments publics.

Les partisans du parti veulent enlevées les croix, ou accrochées avec l'étoile de David, dans le but de diminuer le pouvoir de l'Église Catholique.

L'Eglise catholique a une forte influence en  Pologne , les membres de Janusz Palikot a provoqué l'indignation dans la ville de Szczecin en essayant d'accrocher des symboles juifs et musulmans dans la salle du Conseil de ville à côté de la croix chrétienne, avant d'enlever la croix.

Janusz Palikot, le chef du parti et fondateur, a également appelé à l'étoile de David, et les symboles d'autres religions et les églises à être accrochées dans le parlement national.

La croix chrétienne est omniprésente dans les édifices gouvernementaux en Pologne et abordent des milliers de murs dans les écoles et les hôpitaux partout au pays.

Ce politicien non-conformiste –

Il a dit la semaine dernière que "les Polonais ont été les esclaves de l'Eglise catholique plus d'un millier années" – M. Palikot fait valoir qu'en vertu de la Constitution polonaise, la Pologne est officiellement un Etat laïc et, par conséquent il devrait y avoir aucun symbole religieux.

Comme alternative, il a dit que la Constitution garantit l'égalité de toutes les confessions, aucun symbole ne devrait prendre précédent.

"Pourquoi devrait-il y avoir qu'un seul symbole religieux?" le politicien a demandé dans une interview télévisée.

"Je suis pour supprimer tous les symboles, mais qui serait considéré comme une attaque contre l'Eglise."

Dans l'adversité

Ses adversaires affirment que plus de 90 pour cent des Polonais se déclarent catholiques, et avec l'Église catholique tissé dans la trame de l'histoire et la culture polonaise, la croix mérite sa place sur les murs.

M. Janusz Palikot, qui a déjà brandi un faux pistolet lors d'une conférence de presse, quittez le Conseil d'administration de centre-droit de la Plate-forme civique l'an dernier pour lancer son propre parti, se déclarant lui aussi socialement conservateur.

Janusz Palikot a déclaré qu'il pouvait former un gouvernement. – «Je suis capable d'être un bon Premier ministre »- a déclaré, étant interrogé sur des politiques alternatives pour le gouvernement actuel à la télévision Polonaise Onet.pl Autre source en anglais Telegraph

Comme au Québec

Le Tribunal des droits de la personne vient d'ordonner au maire de Saguenay de retirer le crucifix dans la salle du Conseil de ville et de cesser de réciter une prière au début des réunions, parce qu'«un citoyen athée qui assiste de façon régulière aux séances du Conseil municipal» y voit une atteinte, discriminatoire, à sa liberté de conscience. Selon Cyberpresse

Après plusieurs mois de tergiversations, la Ville de Saguenay s'est finalement vu ordonner de retirer les crucifix de l'hôtel de ville et de cesser de réciter une prière au début des assemblées publiques, la semaine dernière, par le Tribunal des droits de la personne.

Un jugement que le maire Jean Tremblay a décidé de porter en appel, arguant qu'il entraînerait de grandes répercussions sur l'ensemble du Québec.

Granby

Ce ne serait toutefois pas le cas du côté de Granby, du moins pour l'instant, puisque le maire Richard Goulet assure que ce symbole religieux demeurera bien en place au conseil de ville.

Bromont

À Bromont, la prière traditionnelle a laissé sa place au fil des ans à une période qui ressemble surtout à un moment de recueillement. «Depuis mon arrivée à la mairie, il y a toujours eu un moment de réflexion avant les assemblées. C'est toutefois beaucoup plus une réflexion pour amener les élus à agir avec éthique et dans l'intérêt des citoyens qu'une prière», précise la mairesse, Pauline Quinlan.

Quant aux signes religieux, le problème ne s'y pose pas puisqu'il n'y a aucun crucifix à l'hôtel de ville de la municipalité. «Notre hôtel de ville a été construit en 1994. Comme c'était un nouveau bâtiment, on a adopté une approche moderne et on n'a pas installé de crucifix», explique Mme Quinlan.

D'après elle, bien qu'il ne faille pas écarter notre patrimoine religieux du revers de la main, il est important de conserver le caractère laïque de nos institutions publiques. «À la base, on est de foi catholique, mais il y a un respect qui doit aussi être là pour les gens qui ne le sont pas.»

Assemblée nationale

Du côté de Québec, tous les partis provinciaux, à l'exception de Québec solidaire, se sont déjà prononcés en faveur du maintien du crucifix à l'intérieur du Salon bleu de l'Assemblée nationale. Rappelons que le jour même de la sortie du rapport Bouchard-Taylor en 2008, les parlementaires avaient adopté unanimement une motion pour garder à sa place le crucifix, installé en 1936 par le gouvernement de Maurice Duplessis. Selon l'article Granby: le crucifix est là pour rester Cyberpersse

Prière: le ton monte à Saguenay Vidéo nouvelles TVA de ce soir

Une réflexion au sujet de « Même en Pologne un politicien veut enlever la croix catholique dans les bâtiments publics »

  1. Rappelons que le maire de Saguenay a mentionné qu'il allait tout de même réciter la prière lors de la prochaine séance du conseil municipal, qui se tiendra lundi soir, malgré le jugement rendu par le Tribunal des droits de la personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *