L’ambassadeur du Japon exprime sa reconnaissance aux Québécois

«L'hiver est froid comme le vôtre et ils ont tout perdu, dit-il»

L'ambassadeur du Japon exprime sa reconnaissance aux Québécois«Merci, merci, merci, à chacun et à tous les Québécois»

Ces paroles dites par Kaoru Ishikawa, lors d'une réunion mardi, qui était prévue avant le séisme et le tsunami du11 Mars qui a frappé son pays.

L'ambassadeur du Japon à Ottawa, Kaoru Ishikawa, se trouvait à expliquer au premier ministre du Québec Jean Charest  la dévastation de son pays.

La réunion a été initialement fixé pour discuter d'un possible accord de libre-échange, entre le Canada et le Japon a noté l'ambassadeur mais a prise une tournure différente.

Il y a beaucoup de villages, qui parle couramment français et anglais, incapable de nous rejoindre, a déclaré Ishikawa aux journalistes après sa rencontre avec le premier ministre.

"Et vous pouvez imaginer ce que je veux dire."

Le tsunami a frappé un tronçon de 1000 km de la côte du Japon, avec une grande destruction de 350 kilomètres de la côte où les villes et les villages sont couverts de boue, a t-il dit. Les chemins de fer et réseaux routiers ont été détruits

L'ambassadeur a dit que les membres de l'armée japonaise, essayent de retirer les débris à la main." Les chiens renifleurs de d'autres pays aident dans la recherche des corps.

«Je suis sûr qu'il y a des survivants, mais il y a encore des municipalités qui ne nous donne pas de réponse", a t-il ajouté.

Des hélicoptères, utilisant des supports d'avions de la Marine des États-Unis comme bases de relais, se sont joints à la recherche.

Ishikawa a expliqué que dans la section concernée de la côte, les montagnes descendent vers la mer dans un motif en dents de scie amplifié par l'impact des vagues du tsunami de 10 à 20 mètres de haut, ce qui les rend encore plus importante.

Charest a offert de l'aide du Québec sous la forme d'équipes médicales d'urgence ou de biens matériels que les sans-abri pourrait avoir besoin, et Ishikawa a déclaré en raison de la «situation exceptionnelle», les autorités japonaises ne sont toujours pas en mesure de formuler des demandes concrètes.

Ishikawa a assisté à la période de questions de l'Assemblée, qui a été suivie par une motion de condoléances, et une minute de silence. Source texte original en Anglais: La Gazette de Montréal

L'ambassadeur du Japon demande l'aide du Québec (Cyberpresse)

Le Québec s'engage donc à fournir de l'aide, du moment où les autorités japonaises auront formulé précisément leurs besoins, a ajouté M. Charest. Cette aide pourrait transiter par la Croix-Rouge internationale qui transmettra ses demandes à son aile québécoise. «Tout le monde est très bienvenu, avait dit l'ambassadeur en point de presse en matinée après avoir rencontré la chef du PQ, Pauline Marois. Je vous prie de bien vouloir nous envoyer des équipes de secours. Mais il faut que ça soit de l'autosuffisance. Malheureusement, nous, nous ne pouvons pas vous offrir d'équipe d'accueil.»

En effet, les équipes doivent être autonomes, parce que les zones touchées sont désorganisées. Il n'y a plus d'eau, plus d'électricité et les transports sont difficiles. Aucun comité d'accueil n'est possible et l'ambassadeur s'en est excusé.

M. Charest a précisé que l'ambassadeur reviendra en visite officielle pour parler de nombreux enjeux qui étaient prévus aux discussions à l'origine, entre autres un projet d'accord de partenariat économique. Selon ce texte de Cyberpresse pour lire l'article complet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *