Royaume-Uni: Une ancienne directrice d’hôpital coupable de trafic d’une personne et d’esclavage

International + vidéo nouvelles – Grande-Bretagne –

Elle avait droit par jour à deux tranches de pain comme nourriture

Royaume-Uni: Une ancienne directrice d'hôpital coupable de trafic d'une personne et d'esclavage Une ancienne directrice d'hôpital, Saeeda Khan reconnue coupable d'avoir fait entré clandestinement au Royaume Uni une personne afin de l'exploiter.

Elle a été condamné à payer £ 25 000 (environ39.700 CAD) à une femme africaine qu'elle a gardé comme esclave à Londres.

Mwanahamisi Mruke, 47 ans, de la Tanzanie est arrivé en 2006 et a travaillé 18 heures par jour pour Saeeda Khan, 68 ans, chez elle, à Harrow, au nord-ouest de Londres.

Cette femme africaine a été maintenue en esclavage pendant quatre ans dans cette maison de Londres (photo et vidéo) par une femme médecin à la retraite.

Elle avait interdit à Mwanahamisi Mruke de quitter la maison et ne lui donnait par jour que deux tranches de pain comme nourriture.

Dans la collectivité

Le juge du tribunal londonien de Southwark Crown Court, qui a également donné neuf mois de prison avec sursis à purger dans la collectivité, le fait qu'elle a deux enfants adultes handicapés et qu'elle était en mauvaise santé, il a dit aussi qu'elle était coupable de «cupidité la plus épouvantable».

Le juge Geoffrey Rivlin a déclaré que Khan avait dit "un tissu de mensonges" lors de son procès en disant de sa victime, qu'elle a décrit comme «naïve et analphabète», a été considérée comme faisant partie de la famille.

Mme Mruke a déclaré au tribunal que, parfois, elle n'a pas dormi à cause des longues heures qu'elle a dû travailler, faire «tous les travaux ménagers, la cuisine, le nettoyage, intérieur et extérieur».

"Elle ne m'a pas attaquer physiquement. C'était juste les mots mais c'est la façon dont elle me traitait.
 

Impossible de pardonner

«Je me sentais comme un imbécile, j'ai été traité comme un esclave», a déclaré Mme Mruke.

Mme Mruke n'avait pas le droit de quitter la maison et n'a jamais appris l'anglais parce que la famille regardait la télévision pakistanaise.

Mme Mruke dit qu'elle ne pourra «jamais pardonner» à son ravisseur pour son épreuve de quatre ans.

Sa journée de travail débutait à 0600 GMT, elle ne pouvait pas se reposer bien souvent avant minuit, parce qu'elle faisait le ménage, du jardinage, des plats cuisinés et accompagné les fils handicapés de Khan pour des promenades.

Elle était payée 10 livres (16$ CAD) par mois, une somme qui cessa de lui être versée moins d'un an plus tard.

Mme Mruke mène actuellement une action civile contre Khan.

Source: BBC News  Traduire BBC News en français

Un cas d'esclavage moderne dans une banlieue verdoyante de Londres

L'histoire de Mme Mruke a été découverte quand elle est allée a consulté un médecin de cette clinique de chirurgie à Harrow pour un examen pour des varices (BBC News)

(Cette page en partie, a été traduite avec l'aide de l'outil de traduction Google)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *