Son bébé s’est noyé dans le bain pendant qu’elle parlait au téléphone cellulaire

Pour avoir parler au téléphone cellulaire et aller chercher la crème glacée-

Son bébé s'est noyé dans le bain pendant qu'elle parlait au téléphone cellulaireUne mère de North Bay, en Ontario, est en résidence surveillée pendant huit mois, pendant que son bébé de 11 mois se noyait dans la baignoire.

Jennifer Carmichael, 25 ans, a plaidé coupable le 31 janvier à une accusation d’abandon d’enfant en échange d’un aveu qui ce qui lui a évité de devoir faire face à une accusation plus grave de négligence criminelle causant la mort, selon des documents judiciaires.

Mme Carmichael demeurait sur la rue Morin depuis à peine un mois avec son fils Ivan, et trois autres adultes et une fillette de 14 mois.

Recommandations

«Dans notre société, les nourrissons âgés de moins d'un an nécessitent une surveillance constante, et les personnes en charge de ces êtres humains vulnérables doit être rappelé que c'est absolument essentiel», a déclaré Paul Rivard de la Cour supérieure de justice .

Ce fut une tragédie pour elle

La mère a mis Ivan dans le bain avec la fille peu avant midi le 8 septembre 2008, dans l'espoir d'exposer l'enfant à la varicelle et qu’il pourrait ainsi développer des anticorps, a expliqué John Benson procureur de la Couronne.

Les deux enfants ont été laissés sans surveillance dans la baignoire pendant environ 10 minutes. Elle est revenue et a trouvé le garçon le visage dans l'eau, et d'autres adultes dans la maison a essayé d'effectuer la RCR.

"Ce fut une tragédie pour elle. Il était tout à fait évitable, bien sûr, mais c'est néanmoins une tragédie", a dit Benson.

Aucune accusation n’a été portée contre les autres adultes.

L'avocat de Carmichael, Frank Falconi a dit que sa cliente croyait qu’un autre adulte de la maison avait pris le relais de la surveillance des enfants durant son absence.

Il ajoute que Carmichael est tombée enceinte après la noyade, et la Children's Aid Society et pris en charge le bébé qui a été placé en soins chez ses parents dans l'Ouest canadien.

La peine maximale pour l'abandon d'enfants est de cinq ans d'emprisonnement.

La Couronne a recommandé de six à neuf mois en résidence surveillée, et l'avocat de Carmichael suggéré moins que cela, en notant qu'elle a respecté les conditions de libération stricte depuis son arrestation en 2009.

Si Carmichael viole son assignation à résidence, elle pourrait être renvoyé devant le tribunal et être condamné à purger le reste de sa peine derrière les barreaux. Source: The nugget North Bay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *