L’efficacité de la circoncision contre la transmission du VIH avait été sous-estimée

La circoncision réduit le risque de transmission du VIH

’efficacité de la circoncision contre la transmission du VIH avait été sous-estiméePlusieurs études, soutenues par l'ANRS permettent de mieux comprendre les mécanismes de l'infection par le sida ou, encore, d'améliorer la prise en charge thérapeutique de la maladie.

Ces études ont établi que la circoncision réduisait le risque de transmission du virus du SIDA. Après 5 ans, cet effet serait toujours valable… et plus important que la communauté médicale ne le pensait.

En 2005-2006, une étude a été menée en Ouganda sur près de 5 000 hommes séronégatifs, pour évaluer l’impact de la circoncision sur la transmission du VIH. A cette époque déjà, les résultats avaient été spectaculaires, les auteurs observant une réduction de 50% du risque de contamination chez les hommes circoncis.

De nouvelles données ont été publiées cette année à la 18ème Conférence sur les Rétrovirus et les Infections opportunistes (CROI), qui vient de se dérouler à Boston. Il en est ressorti que l’efficacité de la circoncision avait été sous-estimée. Cinq ans plus tard en effet, il s’avère que le risque est en réalité réduit de… 73% ! rapporte le site destination santé pour lire la suite

L’urètre, nouvelle porte d’entrée du virus ?

« Les facteurs influençant la transmission du virus du Sida de type 1 (VIH-1) restent mal élucidés chez l’homme », précise Morgane Bomsel (CNRS UMR 8104, Inserm U1016, Institut Cochin, Université Paris Descartes, Paris).

«On sait que le prépuce joue un rôle important dans l’acquisition de l’infection et que la circoncision la prévient dans une proportion d’environ 60%. Mais, on comprenait mal jusqu’ici pourquoi certains hommes circoncis peuvent malgré tout s’infecter », explique la chercheuse.

Une étude, entreprise par Yonathan Ganor dans son laboratoire, présentée sous forme de poster à la CROI, suggère que l’urètre joue un rôle déterminant dans l’infection. Selon La 18e Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *