Des nouveaux tirs dans le ciel de la capitale libyenne, Tripoli

Les armes sont interdites dans plus de cent pays dans un traité international

Des nouveaux tirs dans le ciel de la capitale libyenne, Tripoli.Plus tôt, les forces pro-Kadhafi ont lancé un autre barrage de roquettes et de mortiers contre Misurata.

Le gouvernement libyen a démenti les accusations il utilisé des bombes à fragmentation à Misurata. Vendredi, le groupe de défense de Human Rights Watch a déclaré qu'il y avait des sous-munitions qui explosent sur la ville.

Un résident de Misurata expliqué ce qu'il a vu à Al-Jazira

"La nuit dernière, c'était comme la pluie», a déclaré un résident de Misurata Hazam Abu Zaid, se référant à la fragmentation des bombes.

Steve Goose, directeur de HRW de la division d'armes, a déclaré: «Il est scandaleux que la Libye se sert de cette arme, surtout dans un quartier résidentiel.

"Ils présentent un risque énorme pour les civils, tant au cours d'attaques en raison de leur caractère aveugle – et ensuite en raison des dangereuses non explosées disséminées."

La Libye n'a jamais signé la Convention sur les munitions, et n'est donc pas lié par le traité international.

Mais Adrian Traylor, un consultant indépendant de règlement des conflits, dit à Al Jazeera que les documents recueillis par les chercheurs dans Misurata "pourraient être utilisés comme des éléments de preuve à venir d'un crime contre l'humanité ou crime de guerre, à du moins, à une attaque dirigée contre une population civile – indépendamment à la convention des armes. "

Une équipe de la Croix-Rouge est arrivé à Misurata, samedi, pour y évaluer la situation, près d'une semaine après que les autorités libyennes auraient dit que l'ouverture d'un corridor d'aide à la ville constituerait à "un acte de guerre".

Des batailles de rage sur les villes libyennes

La ligne de front dans la bataille pour le contrôle de la côte de la Libye demeuraient floue, ce dimanche, après que l'ouest de Ajdabiya a essuyé des tirs à partir d'un barrage de roquettes.

Des rebelles libyens, qui cherchent à renverser depuis longtemps le leader Mouammar Kadhafi, avaient déjà avancé à Ajdabiya vers la ville du port pétrolier de Brega dans l'est du pays.

Mais ils ont été débordés par les troupes de Kadhafi qui ont évité le corps principal des combats dans l'ordre d'attaquer du sud de Ajdabiya.

Mike Hanna d'Al Jazeera, de l'extérieur de Ajdabiya, a dit: une tempête de sable avait empêché les avions de l'OTAN de cibler des soldats pro-Kadhafi.

"Une fois que vous avez les conditions météorologiques de ce genre, cela signifie que les forces de Kadhafi sont capables de se déplacer sur les routes, capable de se déplacer très rapidement, nous dit-il.

"Ils sont capables de créer leurs barrages d'artillerie, plus précisément, d'avoir les observateurs de l'avant. Cela signifie qu'ils sont beaucoup plus efficaces dans ces conditions, parce qu'ils n'ont pas à se préoccuper des frappes aériennes au-dessus."

Mais la situation peut être de courte durée, a t-il dit. «C'est peut-être temporaire – cela s'est également produit il y a une semaine."

Pour plus d'infos consultez Aljazeera  (français)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *