Discrimination: Un employeur a traité ses employés chinois de « cochons »

Calego et un bureau de placement, coupables de discrimination-

Discrimination: Un employeur a traité ses employés chinois de À la suite de plaintes déposées à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, le Tribunal des droits de la personne vient d'ordonner à un bureau de placement et à une entreprise de Ville Saint-Laurent de verser 150 000 $, à titre de dommage moraux et punitifs, à 15 travailleurs d'origine chinoise victimes de discrimination, rapporte le News Wire

Calego International Inc., est une entreprise de design et d'importation de sacs à dos.

Il est chef de file dans le domaine des sacs et sacs à dos pour enfants qui opère dans ville Saint-Laurent. 

La preuve contre l'employeur Stephen Rapps et le bureau de placement, est suffisante pour établir que l'approche appliquée par l’entreprise laisse transparaître un manque flagrant de respect et de sensibilité envers des travailleurs chinois, au point de créer un environnement de travail malsain empreint de préjugés et de stéréotypes selon le jugement, rapporte Canoë argent

Le 11 juillet 2006, le propriétaire Stephen Rapps avait convoqué les employés d’origine chinoise pour leur adresser des reproches par l’entremise d’un interprète :

« Ici, on est au Canada, on n'est pas en Chine.

On doit prendre une douche, et on se sert du shampoing tous les jours, on se lave les mains avec du savon, on actionne la chasse d'eau. N'urinez pas sur le plancher. C'est ma cuisine, pas la vôtre. Ma cuisine, je veux qu'elle soit propre. Vous, les Chinois, vous mangez comme des cochons ».

Selon la preuve entendue

La cuisine de l'entreprise était trop petite pour le nombre d'employés et n'était pas entretenue, du coup les déchets s'amoncelaient.

Les toilettes étaient aussi insalubres mais l'affiche enjoignant les usagers à garder les lieux propres n'était rédigée qu'en chinois, alors que l'entreprise comptait des employés de plusieurs autres origines.

À la suite de cette réunion

Plusieurs employés, heurtés par les propos de M. Rapps, avaient quitté les lieux sur le champ et avaient dès le lendemain exigé des excuses. Finalement, les 15 travailleurs – dont certains n’étaient payés que 5 $ l’heure – ont démissionné.

Source: textes extrait de Canoë argent  et News Wire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *