Interdire de décrire les rats comme des «parasites» et de la «vermine»

Éthique animale,  statut moral des animaux –  

La revendication des droits des animaux par des universitaires-

Interdire de décrire les rats comme des «parasites» et de la «vermine»Des défenseurs universitaires pour les droits des animaux invitent les gens à changer leurs habitudes de nommer les rats, des «parasites» et de la «vermine» 

Les animaux ne doivent pas être décrit comme de la «vermine» ou des «parasites», selon le professeur Andrew Linzey, un théologien et directeur du Centre d'Oxford et et le Professeur Priscilla Cohn de l'Université Penn State pour l'éthique animale.

Ces universitaires disent que les mots traditionnels utilisés pour caractériser les animaux comme des bêtes» et «créatures» sont dérogatoires et doivent être remplacés.

Abollir «parasites» et «vermine»

Ils disent des mots comme «parasites» et «vermine» devrait être purement et simplement supprimé, et remplacé par «les animaux de compagnie».

L'appel à un «langage des animaux" a été faite par les éditeurs d'une nouvelle revue académique, le Journal de l'éthique animale, publié ce mois-ci pour la première fois par la University of Illinois Press.

Mais leur zèle sémantique ne se termine pas avec le meilleur ami de l'homme, mais avoir une nouvelle compréhension des animaux dans leur habitat naturel.

Animaux « vivant en liberté »

«En outre, nous invitons les gens à utiliser les mots « vivant en liberté », plutôt que« les animaux sauvages ", dirent-ils.

«Pour la plupart," sauvage "est synonyme de non-civilisé, sans retenue, l'existence barbare. C'est un préjugé évident ici et que cela devrait être évitée. "

Le statut moral des animaux

Le Journal de l'éthique animale a été lancé dans le but d'élargir le débat international sur le statut moral des animaux.

Les éditeurs affirment que le changement de vocabulaire est essentiel et mettre à jour notre compréhension de la relation entre l'homme et le monde naturel.

«Notre langue existante sur les animaux est la langue du passé et le point crucial est que le passé est jonché de terminologie péjorative:" brutes "," bêtes "," bestial "," créatures, affirment-ils.

«Nous ne serons pas capable de penser clairement à moins que nous nous disciplinons pour utiliser moins d'adjectifs dans notre exploration des animaux et de nos relations morales avec eux."

La source

Le Journal de l'éthique animale est édité par le révérend Andrew Linzey, professeur, théologien et directeur du Centre d'Oxford pour l'éthique animale, et le Professeur Priscilla Cohn, professeur émérite de philosophie à l'Université Penn State et directeur associé du Centre.

Source: Daily Mail

Une réflexion au sujet de « Interdire de décrire les rats comme des «parasites» et de la «vermine» »

  1. Normal
    0
    21

    false
    false
    false

    /* Style Definitions */
    table.MsoNormalTable
    {mso-style-name: »Tableau Normal »;
    mso-tstyle-rowband-size:0;
    mso-tstyle-colband-size:0;
    mso-style-noshow:yes;
    mso-style-parent: » »;
    mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
    mso-para-margin:0cm;
    mso-para-margin-bottom:.0001pt;
    mso-pagination:widow-orphan;
    font-size:10.0pt;
    font-family: »Times New Roman »;
    mso-ansi-language:#0400;
    mso-fareast-language:#0400;
    mso-bidi-language:#0400;}

    On peut peut-être surveiller les qualificatifs pour les animaux qui n’entendront jamais la différence  mais il semble que ça demeure sans conséquence qu’une Priscilla soit  «directeur associé du centre».  Se pourrait-il que la femelle en question soit directrice?  J’aime beaucoup ces gens qui ont plus de respect pour les animaux que pour les femmes ou les humains en général

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *