Guy Turcotte: deux lettres d’un homme froid et calculateur jugé sans que le jury ne puisse lire

Procès de Guy Turcotte –

Non responsable du meurtre de ses deux enfants Olivier et Anne Sophie

Guy Turcotte: deux lettres d'un homme froid et calculateur jugé sans que le jury ne puisse lireLe Journal de Montréal nous apprend que Guy Turcotte a été jugé sans que le jury puisse lire deux lettres qu'il a adressées à son ex-conjointe après le drame, où le père démoli, malade et suicidaire fait place à un homme froid et calculateur.

Les écrits de Turcotte, de même que la réponse de son ex-conjointe, étaient frappés d'une ordonnance de non-publication, tant qu'un verdict ne serait pas rendu. Leur contenu peut maintenant être rendu public.

Extraits de sa lettre de trois paragraphes à Isabelle Gaston, le 12 juillet 2009

«On m'a fait le message que tu as essayé de me parler par téléphone hier soir à deux reprises. Dans ma situation actuelle, je ne peux pas te parler. C'est pour cette raison que je t'écris. (…) Je profite de l'occasion pour te demander quelque chose. J'ai pensé que ce n'était pas nécessaire de passer par les avocats (et de les payer) pour ça. J'ai besoin des relevés du compte VISA Desjardins (…).»

«Si tu pouvais me les poster s'il vous plaît. Tu peux utiliser l'adresse de mes parents (…) ou bien l'adresse ici à (l'Institut) Pinel. Je devrais être encore ici pour quelques semaines avant d'être transféré en prison en attendant mon procès (…). Je suis disposé à discuter par écrit de la séparation. D'ailleurs, je pense que la maison pourrait être vendue à plus de 320-325 milles et pas seulement 310 000 $.»

Extraits de la réponse d'une page d'Isabelle Gaston, le 24 juillet 2009

«Avant de répondre aux demandes de ta lettre, j'aimerais te donner quelques conseils. Tout d'abord, lorsque tu entreprends une action, une parole… réfléchis! Fréquemment, lorsqu'on commet un geste méchant ou mal intentionné, ça finit tôt ou tard par se retourner contre nous.»

«Le 20 février, ton but était de me blesser, alors BRAVO, c'est très réussi. Toutefois, tu n'as pas considéré que je suis une fille forte et de principes. Je vais surmonter cette épreuve en mettant en pratique ce que j'aurais voulu qu'on dise à Olivier et Anne-Sophie, si tu avais opté de me tuer MOI au lieu d'EUX. J'aurais rais aimé qu'ils VIVENT à 110% leur vie, qu'ils évitent de se replier sur eux-mêmes et qu'ils profitent à fond de tout ce que la vie a de beau à offrir.»

Ta haine a surpassé ton amour pour tes enfants

Tu as fait un CHOIX… assume-le. Pour moi, en tuant nos enfants (…), tu es mort avec eux.

«Mes enfants ont souffert (…) Ils étaient parmi les plus chanceux de la terre et ils ont eu une mort que même les pires rapaces de la planète ne connaîtront pas. Tu n'as pas de remords… ou du moins, les remords que tu as, c'est face à TA vie que tu as gâchée et non du mal que tu as fait subir à 2 êtres innocents, SANS défense.»

«Pour moi, nos enfants valaient plus que tout l'or du monde. Ces 2 beaux trésors exceptionnels, je ne peux aspirer à les retrouver un jour dans cette vie. Par conséquent, je suis d'accord avec toi, le partage des biens est inéquitable.» Ce texte du journaliste Éric Thibault est un extrait du Journal de Montréal pour lire les détails

«Un Guy Turcotte À la «cenne» près et Les «choses» des enfants»

Une réflexion au sujet de « Guy Turcotte: deux lettres d’un homme froid et calculateur jugé sans que le jury ne puisse lire »

  1. Vous auriez du plaidez la folie passagère ou la maladie mentale pour votre stationnement interdit, il vous aurait sans doute envoyé
    une lettre d'excuse et payé votre caution…. Justice de merde.

  2. Quand on parle des $$$   apres  avoir TUER ses enfants mais ou on as la téte .juste un étre calculateur  Froid  narcissique il disait aimer ses enfants veut méme pas payer les funérailles le seul amour q il avait était son moi Moi tu nas quitter plus jamais le Bonheur  vas faire partie de ta vie ..cette femme en as Baver jamais elle le diras elle fait partie des victimes oh oui tout ce q on peut lui souhaiter d avoir d autre enfants a Aimer méme si ses deux

  3. AU NOM DES DEUX TIERS DE LA POPULATION QUÉBÉQUOISE
    La Couronne a l'embarras du choix pour un recours à la Cour d'appel à l'encontre de ce verdict.
    Notamment, et sans ordre particulier:
    1. Irrégularités au niveau du jury/ apparence de partialité
    Informé que le juré no. 5 aurait été piégé par un autre juré, qui a sollicité son opinion et arguments, pour le dénoncer et le faire expulser, le juge aurait dû rencontrer aussi ce juré pour vérifier s'il était lui-même partial
    Le jury a outrepassé son mandat et a donné apparence de partialité en se plaignant des avocates de la Couronne – le juge aurait dû rencontrer tous les jurés un à un pour assurer que le jury n'était pas vicié
    2. Le juge a-t-il commis une erreur en concluant que la défense avait établi les fondements de l'automatisme, pour permettre un verdict de non-responsabilité pour troubles mentaux selon l'article 16, sachant que:
    a) l'accusé n'avait aucun antécédent de maladie mentale,
    b) le diagnostique prononcé par les 4 experts à l'effet que l'accusé était atteint d'un trouble d'adaptation APRÈS avoir commis un double meurtre ne renseigne aucunement sur son état d'esprit lors des meurtres et ne permet aucunement de l'inférer,
    c) qu'un trouble d'adaptation avec dépression mineure post facto ne peut aucunement permettre d'inférer un automatisme qui le rendait incapable de juger de la nature de ses actes,
    d) l'élément déclencheur de "l'automatisme" allégué est plutôt ridicule et certainement pas intense (des courriels qui ne lui apprennent rien qu'il ne sait pas déjè depuis 5 semaines),
    e) il n'y a eu aucun témoignage d'observateurs corroborant la maladie mentale
    f) il y avait existence claire d'un mobile: tuer les enfants de son ex.
    Cour Suprême (Stone 1999):
    "Dans toute affaire où l’automatisme est allégué ,la défense doit établir les fondements de l’automatisme. Elle ne se sera acquittée de cette charge que si le juge du procès conclut qu’il existe une preuve qui permettrait à un jury ayant reçu des directives appropriées de conclure, selon la prépondérance des probabilités, que l’accusé a agi involontairement.
    Dans tous les cas, la défense devra présenter une allégation de caractère involontaire, confirmée par le témoignage d’un psychiatre.
    Parmi les autres facteurs pertinents qui doivent être pris en considération pour déterminer si la défense s’est acquittée de cette charge, il y a:
    l’intensité de l’élément déclencheur,
    le témoignage corroborant d’observateurs,
    les antécédents médicaux corroborants d’états de dissociation apparentés à l’automatisme,
    la question de savoir s’il y a preuve de l’existence d’un mobile du crime et celle de savoir si la personne qui aurait déclenché l’état d’automatisme est également la victime de la violence qui en a résulté.
    Aucun facteur n’est déterminant à lui seul."
    3. La psychiatre Bourget a grossièrement outrepassé son mandat en invitant les jurés à croire le témoignage de l'accusé et à rejeter les témoignages rendus par les nombreux intervenants. Ce n'est pas son rôle et le juge devait instruire le jury à cet effet.
    4. Le jury n'a pas eu accès à toute la preuve. Alors que l'état mental de l'accusé est en cause, le juge a permis une longue preuve sans valeur probante sur l'enfance de l'accusé mais il a interdit la présentation d'éléments déterminants survenus peu après les meurtres et qui soutiennent le chef d'accusation.
    5. Le verdict rendu est déraisonnable et n'est pas supporté par la preuve, si cette preuve est considérée dans son entier.
    Si ça se trouve, ces lettres écrites de sa main ont une valeur probante beaucoup plus grande, pour renseigner le jury sur la personnalité et le mode de pensée de l’accusé, que des expertises rendues 1 an, 2 ans plus tard, par des psychiatres choisis et payés pour venir dire ce que le client demande.
    Poupart est un bon stratège. Il sait manipuler.
    Mais ce qui est déplorable c'est que le jury s'est investi d'une mission de désapprouver le comportement des avocates, de s'en plaindre et donc de restreindre la Couronne . Ce n'est pas son rôle et J'en reviens à cette sacro-sainte notion que des "bien-pensants" voudraient nous faire avaler, comme des moutons, à savoir qu'il faut respecter-voire admirer- les jurés et leur verdict rendu "avec grande sagesse, impartialité et à partir de faits que le public ne connait pas".

    Foutaise.
    De un, il n'y a eu ordonnance de non-publication que sur des éléments qui pourraient porter préjudice à l'accusé. Ne doutons même pas que des éléments significatifs ou percutants auraient été cachés au public par tous les journalistes, en l'absence d'une ordonnance à cet effet.
    De deux, ce jury avait apparence de partialité (certains diraient partialité manifeste): ceux qui ont entrainé les autres à exclure, après l'avoir piégé, le juré #5 et qui ont entrainé les autres à se plaindre de la Couronne . Ce jury a outrepassé son mandat.
    De trois, le verdict est grossièrement déraisonnable et ne découle pas de la preuve: la preuve est que l’accusé avait un banal trouble d'adaptation (diagnostiqué APRÈS avoir tué) et qu'il était en colère avant et après les meurtres.

    C'est utopique, mais il serait souhaitable que des jurés, par acquis de conscience, dénoncent ceux d'entre eux qui semblent avoir agi selon un agenda c'était une indication claire que quelque chose n'allait pas dans ce jury. Je suis aussi étonnée qu'on ait caché au jury cette correspondance froide et calculatrice de l’accusé avec la mère, si peu de temps après le drame, pour éviter un préjudice. Et qu'on ait témoigné sur des expertises qui, même si elles sont issues d'un bagage important et sérieux, ne sont que des opinions finalement ,«  qu’ on ne peut pas commettre un meurtre si on est sain d'esprit.« 

    Suivant la logique de notre justice québécoise, on serait aussi bien de sortir tous les meurtriers des prisons pour les envoyer en thérapie de groupe.
    Le jury a donc conclu que l’accusé, ne savait pas ce qu'il faisait ? Qu'il était incapable de distinguer le bien et le mal, d’apprécier la nature et la qualité de ses actes?

    Vraiment?

    «Comment est couché Olivier à votre arrivée dans la chambre?» «À quel endroit portez-vous le premier coup?»
    – «Sur le côté.»
    – « Je rentre le couteau. Olivier me fait nonnnnnnnn. » « Là, je réalise que je suis en train de lui faire mal. Je panique et je donne encore des coups »
    «Pourquoi ne pas arrêter lorsque vous voyez que vous lui faites mal?»
    – «Je ne sais pas quoi vous répondre»
    «Anne-Sophie vous a-t-elle dit «non papa¬» elle aussi?»
    – «Oui »
    «Et qu'avez-vous fait?»
    – «Je lui ai donné un autre coup.»
    «Avez-vous vu Olivier cracher du sang avant de sortir de la chambre?»
    – «Oui »
    «Il gémissait?»
    – «Oui.»
    «Quel couteau avez-vous utilisé pour Olivier? Le même pour Anne-Sophie?»
    – «Oui ».
    «Êtes-vous retourné dans la chambre de vos enfants par la suite?»
    – «Oui. Je cherchais le couteau pour me le planter dans le cœur.»
    «Pourquoi vouloir vous le planter dans le cœur?»
    – «Je leur avais fait mal.»
    «Vous croyez que vous étiez déjà en train de mourir lorsque vous les avez tués, pourquoi donc le couteau?»
    – «Je venais de leur faire mal pis je voulais me rentrer le couteau moi aussi.»
    «Avez-vous réfléchi à d'autres moyens pour accélérer le processus?»
    – «Non »
    «Pourquoi ne vous êtes-vous pas poignardé dans les côtes pour être certain de mourir ?»
    – «Parce que je voulais viser sous le sternum afin d'atteindre le coeur.»
    «Avez-vous pensé à Isabelle quand vous avez asséné le premier coup de couteau à Olivier?»
    – «Non»
    le juge du procès doit comparer la réaction automatique de l’accusé , avec la réaction à laquelle on s’attendrait de la part d’une personne normale.
    Le juge du procès doit examiner la nature de l’élément qui aurait déclenché l’automatisme et décider s’il était susceptible de plonger une personne normale dans un état d’automatisme.
    Cette comparaison est de nature contextuelle et objective. La preuve d’un élément déclencheur extrêmement traumatisant sera requise pour établir qu’une personne normale y aurait réagi en sombrant dans l’état d’automatisme allégué par l’accusé."

    La Couronne, pourrait en appeler de ce verdict.

    L'article 686 se lit comme suit:
    (1) Lors de l’audition d’un appel d’une déclaration de culpabilité ou d’un verdict d’inaptitude à subir son procès ou de non responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux, la cour d’appel:
    a) peut admettre l’appel, si elle est d’avis, selon le cas:
    (i) que le verdict devrait être rejeté pour le motif qu’il est déraisonnable ou ne peut pas s’appuyer sur la preuve,
    (ii) que le jugement du tribunal de première instance devrait être écarté pour le motif qu’il constitue une décision erronée sur une question de droit,
    (iii) que, pour un motif quelconque, il y a eu erreur judiciaire.
    Cour Suprême (Stone 1999):
    "Dans toute affaire où l’automatisme est allégué ,la défense doit établir les fondements de l’automatisme. Elle ne se sera acquittée de cette charge que si le juge du procès conclut qu’il existe une preuve qui permettrait à un jury ayant reçu des directives appropriées de conclure, selon la prépondérance des probabilités, que l’accusé a agi involontairement.
    Dans tous les cas, la défense devra présenter une allégation de caractère involontaire, confirmée par le témoignage d’un psychiatre.
    Parmi les autres facteurs pertinents qui doivent être pris en considération pour déterminer si la défense s’est acquittée de cette charge, il y a:
    l’intensité de l’élément déclencheur,
    le témoignage corroborant d’observateurs,
    les antécédents médicaux corroborants d’états de dissociation apparentés à l’automatisme,
    la question de savoir s’il y a preuve de l’existence d’un mobile du crime et celle de savoir si la personne qui aurait déclenché l’état d’automatisme est également la victime de la violence qui en a résulté.
    Aucun facteur n’est déterminant à lui seul.

    Son attitude 1 mois, 3 mois, 5 mois après le drame est aussi pertinent que l'avant et le moment du drame pour comprendre l'homme.

    On établit, surtout pas un diagnostic en rencontrant le patient 1 an après les évènements, ni en se basant sur des rapports d'autres experts….

    En rencontrant l’accusé 1 an après les faits, l’accusé raconte sa "perception" de son état au moment des meurtres .

    Si ça se trouve, ces lettres écrites de sa main ont une valeur probante beaucoup plus grande, pour renseigner le jury sur la personnalité et le mode de pensée de l’accusé, que des expertises rendues 1 an, 2 ans plus tard, par des psychiatres choisis et payés pour venir dire ce que le client demande.
    Ces preuves ont dû être exclues , parce que les réponses de l’ex épouse étaient trop préjudiciables à l’accusé.

    le juge a pu vouloir éviter de donner à la Défense des motifs d'aller en appel d'un verdict qui ne l'aurait pas satisfait…
    De 2 maux il faut choisir le moindre semble-t-il… le juge c’est trompé sur le "moindre" là, mais c'est à la Couronne d'y voir maintenant.
    Ce qu'il a fait quand il avait 7 ans ne doit pas peser dans la balance pour "expliquer" les gestes qu'il a posé , en 2009… S’il a raconté sa vie, c'était pour dresser un portrait de l'être qu'il est…. tout comme les lettres qu'il a écrite…

    Le témoignage d'expert
    La Cour d’appel du Québec vient de rendre un jugement important relativement au rôle des experts devant les tribunaux.
    Ils sont là pour donner une opinion scientifique, et non pour interpréter les faits ou la preuve. Encore moins le droit.
    C’est donc à l’unanimité que la Cour d’appel annule une condamnation et ordonne un nouveau procès dans l’arrêt R. c. Dany Robert.
    Le psychiatre Sylvain Faucher a outrepassé son mandat en invitant le jury à ne pas croire l’accusé, alors que c’est strictement le rôle du jury d’ajouter foi aux témoignages entendus, ou pas.

    6. La directive du juge obligeant le jury à rendre le même verdict pour les deux meurtres constitue-t-elle une erreur de droit?

    Deux êtres humains ont été tués dans deux pièces différentes à deux moments distincts. Le procès portait sur deux accusations de meurtres prémédités.

    Le juge devait laisser au jury le soin de déterminer si les faits, communs et propres à chaque meurtre, pouvaient mener à des verdicts distincts.
    A-t-il usurpé, restreint, faussé le rôle du jury?

    Comme exemples, le jury aurait pu conclure que si le meurtre d'Olivier n'était pas intentionnel et prémédité, qu'une fois ce meurtre commis, celui d'Anne-Sophie a été intentionnel et prémédité. Ou que le premier a été tué dans un état de dissociation mentale, qu'il est revenu à la réalité et qu'il a décidé de tuer aussi sa fille

  4. L'état mental de Guy Turcotte aurait dû être évalué AVANT SON PROCÈS. Le juge aurait dû recommander les évaluations nécessaires COMME CELA SE FAIT POUR TOUS LES PROCÈS. Le jurés ne doivent délibérer QUE SUR LES FAITS et non SUR L'ÉTAT MENTAL du prévenu.

  5. Je fais parti de tout ceux et celle qui n'accepte pas le verdicte….. Au moment ou GUY TURCOTTE était acquitté…. JEAN-FRANÇOIS HARRISSON était déclaré coupable…
    Bien que je ne sois pas en accord avec les geste poser de M.Harrison, cela m'a ammener a me poser des Questions sur notre justice de merde….
    Entre vous et moi… qui des deux on un problème!!! La pédophilie c'est une maladie mentale… M.Harrison regardait des photos…. transmettait des photos d'enfants sur le net…. Cela est impensable…. Payons lui une cure pour le réabilité…. M.Harrison, n'a toucher physiquement a aucun enfants…. La sentence 20 mois de prison…
    M. Turcotte t'en qu'à lui a tué de sang frois, en entendant son enfants lui crier NON PAPA, et lui a été acquiter POUR ALLIAINATION MENTALE….
    C'est quoi la jokes….. EST-CE QUE QUELQU'UN PEUT NOUS EXPLIQUER….
    Ou somme nous rendu….
    MADAME GASTON MES PENSÉES SONT AVEC VOUS CHAQUE JOUR ET JE SOUHAITE DE TOUT MON COEUR QUE CET HOMME CRÈVE EN PRISON…
    CONDAMNONS LE….

  6. Comment est-ce qu'on peut commencer avec une accusatin de meutre prémédité pour finir avec un verdict de non-responsabilité crimimelle pour trouble mentaux? A t-on oublié qu'il a admis avoir tuer ses propres enfants?  Pourquoi avoir caché aux jurés des choses comme Monsieur qui ne veut pas payer une partie des frais funéraires de ses enfants(dans mon livre à moi, même à ce moment il n'avait pas de remord de conscience) Quand on se retrouve sur le banc des accusés, nous sommes jugés ou non?Je trouve que les jeux de cache-cache n'ont pas leur place peu importe les accusations qui pesent contre la personne.  Aujourd'hui, Monsieur veut sortir pour refaire sa vie.  Avoir une femme, d'autres enfants et reprendre son métier pour apparement être utile dans la société.  Je ne trouve pas d'utilité à une homme qui a tué ses enfants et je suis certaine que la société non plus.  Mais dans toute cette histoire, a t-il oublié Olivier et Anne-Sophie.  Ses enfants; son propre sang?  Ses pauvres enfants qui avaient droit à la vie.  Ils avaient le droit d'être AIMÉ ET PROTÉGÉ(à mon avis, ce sont des meutres gratuits). Malheureusement, c'est tout le contraire qui s'est produit.  Il aimait  plus parler d'argent et de la vente de la maison même après la mort récente de ses enfants. Isabelle Gaston ne peut même pas exprimer ses craintes et ses sentiments devant les gens de la commission de l'institut Pinel; on la fait taire.  Cette pauvre Isabelle à qui ses enfants lui ont été enlevés de manière atroce et cruelle. Le système l'a oublié, tout comme ils ont oublié Olivier et Anne-Sophie.  A mes yeux, elle est victime au même titre que ses enfants. Aujourd'hui, le système est tourné vers Guy Turcotte à savoir si Monsieur est prêt à retourner dans la société.  Dans quel sorte de monde vit-on a essayer de réhabiliter des personnes comme Guy Turcotte quand pendant tout ce temps ce sont des Isabelle Gaston qui ont besoin d'aide. Notre système judiciaire au Québec n'a pas de quoi nous rendre fier.  En terminant, dans le meilleurs des mondes, si je pouvais faire de la magie Isabelle, je te redonnerais tes enfants.  J'effacerais toute cette histoire et te donnerais des montagnes d'amour et de bonheur avec Olivier et Anne-Sophie.  Je reculerais le temps afin de te redonner le temps perdu avec tes 2 petits anges.  J'espère sincèrement un jour que justice soit rendue.
    Sincèrement
    Sandra  

    1. ne t en fais pas Sandra , un jour les nouveaus enfants de turcotte seront ce que leur pere a fait a leur demi-frere et soeur de la bouche de quelqu un d autre
         ca va fesser dans sa face ,,,,,,,,,,,,,,bonne journée

  7. Qui pense aux enfants,qui pense a la mere dans cette mascarade ? Une bataille d'experts? Une joke, Cela ressemble a un party d'experts. Guy Turcotte manipule. As-t-il pleure la perte de ses enfants? Cet homme est un monstre et jene voudrais pas qu'il soit mon medecin,ni mon voisin. Faut croire que quand on est medecin, on est intouchable.  Erreur au proces et erreur effroyable si on le remet en liberte. la cervelle dece gars-la est dangereuse pour Isabelle et le public. C'est une bombe .

  8. comment réagira guy turcotte dans une autre relation de couple avec enfants si sa future conjointe le trompait??  Les lettres écrites au sujet de la vente de la maison auraient dûes être montrées en cour.  Aurait on eu affaire à un juge incompétent?  L'Institut Pinel dioit garder Guy Turcotte en attendant d'aller en appel.  Guy Turcotte a t il fait son deuil ? Va t il se précipiter dans une autre relation pour avoir d'autres enfants.  Est il en déni de ce qu'il a fait à ses deux enfants?  Il y aura sûrement une femme inconsciente quelque part avec qui il aura d'autres enfants. Je plaint ces enfants qui ne sont pas encore nés. Tant que ça va bien aller tout va être correct mais…
    Monik 

  9. il a eu peur de prendre le même couteau qui a servi a tuer ses  enfants  a t'il  eu peur que ca lui fasse mal  le lave glace quil a avalé aurait du lui faire le même sort quil a fait subir a ses enfants lui défoncer lestomac comme des coups de poignard mais ces désolant il en na pas avalé assez.
     

  10. J'ai suivi cette affaire depuis le début et il me semble que tout a été dit. Bref, je suis de tout coeur avec toi Isabelle comme probablement tous les bons parents de cette terre. C'est trop facile pour lui. Ce n'est pas une folie passagère à mon sens mais une folie permanente ! Quel être humain pourrait faire cela à ses enfants sans être totalement fou, cruel et manipulateur. Ces enfants ont quitté ce monde à se faisant assassiner par leur père, en amenant avec eux cette image d'un père fou, méchant, sadique et cruel! C'est dommage que cela ne se soit pas passé au U.S.A. Les juges lui en aurait fait une folie passagère mais au Québec il y a tellement de laxisme, d'injustice qu'un gars comme lui peut encore espérer s'en sortir! Quant à moi, il peut pourrir en prison pour le reste de ses jours! Qui le connaît mieux qu'Isabelle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *