Une Brésilienne disparue, retrouvée dans une communauté religieuse en Sibérie

Le père l'abandonne en Sibérie et émigre au Canada

Une Brésilienne disparue, retrouvée dans une communauté religieuse en SibérieLa police russe a retrouvé une jeune brésilienne portée disparue et qui vivait en Sibérie, dans un village isolé de vieux croyants, une communauté religieuse dissidente de l'Eglise orthodoxe russe, recopiant des textes saints.

Ustina Chernishoff, âgée aujourd'hui de 23 ans, était venue s'installer dans cette communauté en Sibérie en 2006 avec son père, dont les ancêtres avaient fui la Russie au début du 20e siècle après la révolution bolchevique, explique la police de la région de Krasnoïarsk dans un communiqué.

Mère inquiète

Inquiète de ne plus avoir de nouvelles de sa fille depuis le début de l'année, la mère d'Ustina Chernishoff l'avait inscrite sur la liste des personnes disparues recherchées par Interpol, le père de la jeune brésilienne l'ayant laissée seule en Sibérie après avoir émigré au Canada.

Pendant tout ce temps, elle effectuait des tâches ménagères et recopiait les livres saints des Kerjaks", une communauté de vieux croyants, expliquent les policiers.

Selon la même source, elle vivait dans le district de Touroukhansk, une région très isolée dépourvue de routes et située juste au sud du cercle polaire. «lire la suite dans l'actualité Orange»

Image wikipédia: Aéroport de Touroukhansk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *