Des routes non sécuritaires: surtout à Montréal, Sorel-Tracy et Québec

Un marquage déficient augmente donc le risque d'accident.

Des routes non sécuritaires: surtout à Montréal, Sorel-Tracy et QuébecLes lignes jaunes et blanches tracées sur les routes font défaut dans plusieurs villes, estime CAA-Québec. Dans certains cas, la vie des automobilistes est carrément en danger.

L'organisation s'est livrée à un exercice d'observation en août et a constaté plusieurs lacunes. Lignes d'arrêt inexistantes, passages piétonniers effacés, absence de lignes blanches discontinues entre deux voies dans le même sens, la liste des problèmes est longue.

Des efforts

«Le marquage s'améliore. Le ministère des Transports a investi des milliards $ dans nos routes, mais il ne faut pas se satisfaire de ça», souligne M. De Koninck.

Depuis mars, il est possible de signaler les problèmes routiers, dont le marquage, sur le site Web de CAA-Québec. L'organisation contacte ensuite les autorités concernées pour leur demander d'apporter des correctifs. Les municipalités font le suivi rapidement, estime Cédric Essiminy.

Quelques villes

Comme le nombre de signalements sur le site de CAA-Québec dépend uniquement des internautes, il est difficile de déterminer quelles villes font figure de bons élèves et de cancres au chapitre du marquage.

Parmi celles qui reviennent plus souvent dans les signalements, notons Montréal, Sorel-Tracy et Québec. Les neuf arrondissements de l'ancienne Ville de Montréal reçoivent 250 demandes par année, ce qui est relativement peu, compte tenu des 4000km d'artères et 450 km de pistes cyclables à s'occuper, estime la Ville.

Extrait du Journal de Montréal

Une réflexion au sujet de « Des routes non sécuritaires: surtout à Montréal, Sorel-Tracy et Québec »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *