Ses implants mammaires lui ont volé sa santé

Augmentations mammaires oui ou non ?

 Ses implants mammaires lui ont volé sa santé«Regardez votre chirurgien dans les yeux et demandez-lui si les implants mammaires sont sécuritaires», conseille Bonnie O'Hearn à toutes les femmes qui songent à une augmentation mammaire.

La dame de 63 ans est convaincue que les implants mammaires qu'on lui a installés en 1978 lui ont volé sa santé.

Depuis, son système immunitaire est à plat et sa vie se résume à une succession de rendez-vous chez le médecin. «Je me sens toujours fatiguée», confie-t-elle.

«Pourtant, un mois après l'augmentation, tout était beau, puis après, une petite bosse s'est formée, un liquide s'échappait de l'enveloppe dans mon système, explique-t-elle. Mes deux seins n'étaient plus pareils.»

Deux ans plus tard, un rapport de biopsie confirme que de la silicone avait migré dans le corps de Bonnie. «Dès les années 1980, j'ai commencé à avoir toutes sortes de petits bobos, je ne savais pas ce que c'était.»

 Soutenir les femmes

Dans les années 1990, Bonnie O'Hearn a fondé une association pour soutenir les femmes qui avaient des ennuis de santé de-puis leur augmentation mammaire. Elle a contribué à retrouver des victimes des implants dans le recours collectif contre le fabricant Dow Corning. Bonnie a reçu 15 000 $ à titre de dédommagement.

Aujourd'hui, elle a un peu baissé les bras.

«Je n'ai plus d'énergie, plus de voix pour me battre, confie-t-elle. Mais je ne comprends pas pourquoi ces implants sont revenus sur le marché. Les fabricants sont incapables de démontrer qu'ils sont sécuritaires et efficaces.»

Selon Bonnie O'Hearn, les implants mammaires actuels empoisonnent les femmes à leur insu. «Ce qui m'écoeure, c'est que d'autres femmes vont se rendre malades parce que leur plasticien ne leur raconte pas la vérité.»

Ces quelques extraits sont de l'article Augmentations mammaires «Les femmes s'empoisonnent à leur insu»

Lire l'intégral au Journal de Montréal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *