Un femme fugitive était caché depuis quatre jours dans une prison pour hommes

La police bolivienne savait que Susana Genoveva était caché dans la dangereuse prison San Pedro, mais c'était trop risqué pour l'arrêter  

Un femme fugitive était caché depuis quatre jours dans une prison pour hommesUne femme de la Bolivie âgée de 38 ans, mère de trois garçons, était accusée d'avoir retiré 54.000 dollars d'une banque au moyen d'une fausse identité, selon source judiciaire.

Selon des médias locaux, la prison San Pedro est un lieu touristique clandestin, "visité" par des étrangers à la recherche de drogues. Rapporte le site d'acutalité Orange

Selon le journal national La Razon: Le Ministère public et la police ont dit qu'ils savaient qu'elle y était caché, mais a admis qu'ils ne pouvaient pas l'arrêter parce qu'elle était dans une zone dangereuse. Le procureur affecté à l'affaire, Carlos Fiorilo, a rapporté hier que la femme a resté au moins quatre jours à l'intérieur de la prison des hommes.

Un de ses 14 complices présumés, détenu dans cette prison, lui a proposé de la cacher sur place

Susana Genoveva O.G était caché dans la prison San Pedro et était là depuis plusieurs jours et dormait dans une zone de la prison.

Le gouverneur de San Pedro, le colonel Javier Cáceres, a déclaré qu'elle a été identifié par des femmes policiers.

Caceres, a dit la femme a été admise à la prison la semaine dernière lors d'une une visite à un détenu. Susana OG a été capturé par les gardiens de prison, à 18h30, le jeudi 10 Novembre, alors qu'elle tentait de quitter la prison San Pedro.

Hier, le juge de l'enquête criminelle, Prudential, Carlos Guerrero, du centre de conseil a ordonné l'arrestation de la femme à Miraflores. La femme est accusée de fausse déclaration, falsification, utilisation de l'instrument forgé et d'association avec des malfaiteurs.

Les autorités croient que Susana Genoveva O.G,  est la chef de la bande internationale dont 15 escrocs sont derrière les barreaux, parmi lesquels il y a des Colombiens, Péruviens, et un Arabe. Le reste est Bolivien. Le groupe a arrêté alors qu'il tentait d'obtenir un compte au Banco Bisa pour $ 1,5 millions de dollars américains.

Le parquet enquête sur la police, les employés de la BNB et la BISA et le notaire

Source Espagnol : Journaliste : Aline Quispe – La Paz pour La Razon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *