La Chine et l’Iran sont sur la liste des « ennemis d’Internet »

Actualité /Monde – Internet

 

Les deux pays sont à nouveau sur la liste des plus rapides à censurer  le world wide web, élaboré par Reporters sans frontières. Les blogueurs disent comment l'État contrôle de l'information.

L'Organisation des reporters sans frontières (RSF) a souligné mardi (12/03), la Journée mondiale contre la cyber-censure, le Bahreïn, la Chine, l'Iran, la Syrie et le Vietnam sont «les ennemis de l'Internet." Selon RSF, les gouvernements de ces cinq pays pratiquent une surveillance acharnée sur les fournisseurs de communications, ce qui entraîne une interférence significative avec la liberté de l'information de la population.

"La censure et la surveillance sont en augmentation, menaçant l'idée originale de l'Internet: le réseau est un espace de libre échange d'information, la diversité d'opinion et de surmonter les obstacles", a déclaré l'organisation basée à Paris.

La Chine, le mouton noir

 

La Chine est le pays où le plus grand nombre de personnes connectées à l'information et de nouvelles de l'industrie est incarcéré, avec 30 journalistes et 69 militants en ligne dans les prisons chinoises, selon RSF. Le gouvernement de Pékin est actif dans la censure, le filtrage et la surveillance de l'information en ligne qui pourrait être «dangereux».

Le blogueur iranien Arash Abadpour, qui vit en exil au Canada fait aussi parti du jury des BOBs de 2013, affirme que le gouvernement iranien qui censure sur Internet par crainte des conséquences de la libre circulation de l'information. "L'Etat iranien a peur de l'Internet, dit Abadpour.

Parallèlement à la communication le spécialiste Colin Anderson, Abadpour a publié une recherche qui stipule: «Les journalistes, des militants sociaux, des opposants politiques et les citoyens ordinaires sont également arrêtés pour des raisons les plus déguenillés – pour avoir prétendument mis en danger la sécurité nationale ou d'ordre public – en critiquant le statu quo dans leur pays. "

L'Iran a une longue tradition pour diaboliser l'Internet comme une source de la criminalité et de l'immoralité. Souvent, les utilisateurs d'Internet sont présentés comme des gens qui agissent de mauvaise foi ou sont des criminels. 

Abadpous dit aussi que vous avez besoin d'une sorte de contrôle de l'Internet, par exemple pour prévenir la cybercriminalité, mais n'oubliez pas que les cybercriminels et les militants ne sont pas la même chose.

"La question« c'est ça prend un contrôle adéquat qui est nécessaire» explique le blogueur iranien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *