Archives par mot-clé : massacre

Fini le massacre de centaines de milliers d’animaux au Népal

Le Népal interdit enfin le sacrifice de centaines de milliers d’animaux.

streetViewNepal
Étiquette- Tag ——————————————————————————————————————- Mots clés: Népal, Massacre, sacrifice, animaux, Nepal, Slaughter, sacrifice, animals, Radio Pulsar

Visitez le Népal avec Google Street View

S’il est dans ce monde un spectacle de désolation et d’horreur, c’est bien celui-ci que Radio Pulsar nous présente sur sa page G+ pour lire le texte complet suivre le lien ci-dessous.

Paro – Thimphu Hwy
Paro avec Street View


La terrible histoire des survivants au massacre en Tunisie (photos & videos)

La terrible histoire des survivants au massacre en Tunisie.

Visitez la Tunisie
Visitez la Tunisie avec Google Street View

Tunisie la triste histoire des survivants par Corriere.it en vidéos

Traduire le Corriere en français en anglais
Promenez-vous en Tunisie



Une fête traditionnelle maintenant interdite en Chine où les chiens sont tués et mangés

Ce n'est pas un carnaval, c'est un massacre –

Une fête traditionnelle maintenant interdite en Chine où les chiens sont tués et mangés Cette fête traditionnelle date de plus de 600 ans au cours de laquelle des chiens sont écorchés et mangés dans la rue a été interdite dans l'est de la Chine à la suite d'une vague d'indignation qui s'est propagée sur l'internet, a rapporté mercredi l'agence Chine nouvelle.

Des milliers d'internautes indignés ont pris d'assaut les réseaux sociaux pour critiquer cette fête et demander à l'administration locale d'intervenir, a ajouté l'agence.

"La réponse rapide du gouvernement devrait être encouragée. J'espère que la consommation (de viande de) chien ne sera jamais plus une coutume là-bas.

Ce n'est pas un carnaval, c'est un massacre", écrit l'un d'entre eux, Junchangzai, sur le micro-blog Weibo.com. Son post a été retweeté plus de 100.000 fois, selon Sina 

Les Nouvelles du soir Qianjiang, un journal influent dans le Zhejiang, a rapporté que la plupart des villageois locaux sont également opposés à la fête foraine, citant une enquête menée par le gouvernement local.

Toutefois, certains villageois ont riposté à cette interdiction, revendiquant que c'est sur une coutume folklorique.

"C'est notre tradition,et le gouvernement n'a pas le droit d'interdire. Le carnaval de chien à manger est comme la Fête du Printemps pour moi", a dit un villageois au journal.Selon ce que rapporte Sina pour tous les détails en anglais

Source en français: Orange  

Entrevue: Le père de l’auteur du massacre en Norvège en état de choc

Une place en France (AP)

Entrevue: Le père de l'auteur du massacre en Norvège en état de chocAttaque terroriste –

Le père de l'auteur du massacre, Anders Behring Breivik, 32 ans ne savait rien jusqu'à ce qu'il vit soudain le nom de son fils et de l'image sur les pages des journaux en ligne.

Il raconte au quotidien Norvégien en ligne Verdens Gang, qui l'ont rencontré dimanche matin. – J'ai lu les journaux en ligne, alors même que je me suis soudain appercu de son nom et son image sur le web.

Il a été un choc en voyant les nouvelles. J'en reviens pas encore, dit son père devant son domicile en France. Le père du détenu est à la retraite et a déménagé en France. – Je suis en état ​​de choc, c'est terrible d'apprendre  ce sujet. par les médias –

Vous étiez donc pas été averti par la police avant de voir le nom et la photo de votre fils dans les journaux? – Non – La police a -t-elle entrer en contact avec vous? – Non, dit le père qui ne voit pas pourquoi la police devrait avoir été en contact avec lui.

 Au moins 92 personnes ont été tuées

Son fils est accusé d'attaques terroristes , avec une peine de 21 ans de prison. Il est présummément derrière l'attaque  des deux bombes qui ont pris au moins sept vies à Oslo vendredi , et le massacre de Utoya peu après.
 
Au total, au moins 92 personnes ont été tué dans des attentats. Coupées de contact, le père n'a aucune idée de ce qui pourrait se cacher derrière les actions horribles de son fils. – Il n'a eu aucun contact avec son fils depuis 1995.
 
Jamais, revu depuis 15 ou 16 ans la mère de Breivik à aujord'hui a t-il dit à VG Nett et qu'elle ne savait rien à propos des plans terroristes. Le père d' Anders Behring Breivik a dit que lui et sa mère à ont divorcé en 1980.

Il aurait coupé le contact, il a dit qu'il allait aux États-Unis, mais je ne sais pas si il y est allé. – Nous n'avons jamais vécu ensemble, mais nous avons eu quelques contacts dans son enfance.

Comment a été son enfance?

Quand il était jeune, il était un garçon normal, mais contenu. Il était intéressé à la politique à cette époque. Le père n'a pas eu beaucoup de contacts avec des amis de la Norvège. lorsqu'il a rencontré VG à l'extérieur de son domicile disant que le père est en état ​​de choc –

Un choc terrible –

C'est un choc terrible pour moi, pense à tous ces gens qui sont touchés, a t-il dit à voix basse.

"je me sens une profonde tristesse et consternation sur ce qui s'est passé devant de l'action scandaleuse d'Anders, qui je n'ai pas eu aucun contact avec depuis 1995.

Il est totalement incompréhensible pour moi que quelque chose comme cela pourrait arriver. Je demande à la presse pour comprendre de respecter l'intimité de mon désespoir et de mon chagrin. "

Lire aussi: Utøya: la pire histoire de massacre de tueurs – Comment il a planifié une attaque terroriste

Source: Verdens Gang traduit en (français) par Google

Libye: Des images exclusives du «massacre» dans Misurata

Les rebelles mettent en garde un «massacre» dans Misurata 

Libye: Des images exclusives du «massacre» dans MisurataLes rebelles ont mis en garde contre l'imminence d'un «massacre» par les troupes fidèles à Mouammar Kadhafi, si l'OTAN ne intensifier ses attaques contre les forces gouvernementales dans et autour de Misurata, qui a été assiégée pendant des semaines.

Les forces du gouvernement libyen ont lancé une attaque massive contre la ville côtière le jeudi, avec des dizaines de roquettes Grad, tuant au moins 23 personnes, a dit un porte-parole rebelle .

Misurata, la troisième plus grande ville de la Libye, est le fief des rebelles important dans l'ouest du pays. Il a été le théâtre d'importants affrontements entre rebelles et forces de Kadhafi pendant plusieurs semaines.

"Ils ont tiré des Grads à une zone résidentielle appelée Kasr Ahmad près du port ce matin. Ils ont tiré au moins 80 roquettes sur cette région," Abdelbasset Abu Mzereiq a déclaré à Reuters par téléphone,

Il a ensuite précisé que les personnes tuées étaient des civils et non combattants rebelles comme précédemment compris. Le nombre de morts à partir du barrage d'artillerie 90 minutes était susceptible de prendre la parole, le porte-parole a ajouté.

«Ils continuent à tuer des civils. Hier, nous avons perdu cinq civils dans le bombardement et 37 ont été blessés."

Les loyalistes de Kadhafi tiraient des obus sur la rue Tripoli , une rue qui coupe le centre-ville de la banlieue ouest, selon des témoins a déclaré à Al Jazeera.

L'assaut de roquettes sur le quartier résidentiel près du port contrôlé par les rebelles avaient également empêché un navire d'accoster Qatar, un autre porte-parole rebelle a dit. Il n'était pas immédiatement clair que le navire transportait.

Il est difficile de vérifier de manière indépendante des comptes de l'ouest de la Libye parce que les journalistes sont empêchés de rendre compte librement. Les lignes électriques et de communication de la ville ont été coupées tandis qu'un porte-parole rebelle a déclaré à Al Jazeera que la ville face à des pénuries alimentaires, rapporte Aljazeera et la source de la capture d'image

Des photos exclusives

Les hommes portent le cercueil d'une des 23 personnes tuées dans une attaque à la roquette Grad sur le district de Ghasr Ahmad Misurata.

Les membres d'une famille en deuil où un homme de 80 ans a été tué devant son domicile à Misurata.

Les gens regardent une voiture détruite par une attaque à la roquette Grad à Misurata.

Les personnes blessées dans une attaque à la roquette se trouvent dans un hôpital de Misurata.

Umran, 17 ans, un combattant blessé est assis dans un fauteuil roulant dans un hôpital de Misurata.

Des combattants de l'opposition au milieu des épaves dans une rue de Tripoli dans la ville assiégée de Misurata.

Des hommes évaluent les dégâts dans une rue de la ville assiégée de Misurata et autour de Tripoli.

Un endroit encore fumant, pris par combattants de l'opposition hier.

Une mosquée endommagée juste à côté de la rue Tripoli.

Un combattant pose avec une mitraillette chargé.

Ali Ali Ibraham détient les restes d'une roquette qui a détruit cette maison à Misurata.

Les habitants de cette maison à Misurata dormaient quand un obus a frappé. Le mari a été transporté sur un navire vers un hôpital en Turquie.

Un résident regarde sa boutique détruite par les forces de Kadhafi à Misurata. 15 personnes étaient à l'intérieur du magasin.

Un jeune homme se trouve dans les bâtiments endommagés par les bombardements de Kadhafi à Misurata.

Un médecin à l'hôpital de Misurata détient un tour grenade 40mm utilisé par les forces de Kadhafi.

Le Docteur Mohammed Ahmed Eifagieh assiste à un combattant qui avait des éclats d'obus dans la poitrine et la tête, dans un hôpital de Misurata.

Un jeune combattant de 19 ans capturé par Kadhafi récupère dans un hôpital de Misurata.

Des réfugiés bangladais et africains attendent de fuir Misurata.

Sala Huddin, 18 ans, l'un des combattants à bord du «Victory», pose avant qu'il ne quitte Benghazi tête pour Misurata.

Le capitaine du «Victory» et le mécanicien prient à bord d'un bateau de pêche qui se dirige vers Misurata.

Un combattant charge son fusil à bord du «Victory» près de Misurata.

Un hélicoptère de l'OTAN tente de remonter le «Victory», en route vers la ville assiégée de Misurata.

L'équipage et des passagers descendent du bateau de pêche le "Victory" au port de Gasr Ahmed, juste à l'extérieur Misurata.

Pour voir Ces imagesqui ont été prises par le photographe Geoff Pugh du Telegraph

Des images du massacre dans le couloir de l’école de Rio, capturées par une caméra de sécurité

Actualité + Vidéo –

Des images du massacre dans le couloir de l'école de Rio, capturées par une caméra de sécurité Les élèves de l'école brésilienne, où un homme armé a fait une tuerie on peut voir les élèves fuir pour sauver leur vie.

Wellington Menezes de Oliveira, 24 ans, a tué 13 enfants et blessé 20 autres dans l'attaque d'hier sur Tasso dans cette école primaire dans la banlieue Realengo de Rio de Janeiro.

Dans une image des images de vidéosurveillance, l'ancien élève peut être vu tenant son fusil à l'extérieur de la salle de classe où il a lancé sa folie sanglante avant de tourner l'arme contre lui.

Le tireur a parcouru les couloirs de l'école pour suivant les enfants âgés de 10 à 15 ans, des victimes couraient le long du un mur et leur tirant dans la tête à bout portant, comme il a crié: «Je vais tous vous tuer!" Plusieurs photos apparaissent sur le Daily Mail

Security Camera Captures Brazil Students, Gunman (AssociatedPress)

Canadiens|Bruins: Une soirée d’horreur à Boston

Canadiens|Bruins: Une soirée d'horreur à BostonSport- Canadiens | Bruins

Des buts et des taloches

Victoire des Bruins de Boston sur les Canadiens de Montréal 8-6

Une soirée mouvementée pour les Canadiens et Boston hier soir 14 but au total. 47 punitions, 192 minutes de punition.

Je pense que c'est un peu la stratégie des bruins de boston. Depuis quelques semaines. Rappelez -vous, il y a une semaine et demi, ils avaient libéré plusieurs combats de boxe contre les stars de dallas.

Il faut s'attendre à ce que cette équipe s'impose de cette façon au cours des prochaines semaines. Ca laisse beaucoup de points d'interrogation du côté du canadien.

Est -ce que cette équipe a besoin d'un homme fort?

On sait que Jacques Martin, ce n'est pas dans ses habitudes de troubler ce genre de situation, mais peut-être que la situation va l'obligé. Parce que vraiment, les bruins ont cherché à intimider le canadien hier.

Le canadien s'est bien défendu. Mais il reste que ça prend un joueur capable d'imposer le respect et d'assurer aux jeunes joueurs une certaine protection. Parce que ça va être le secret. Parce que ça risque d'être extrêmement difficile pour le canadien d'ici la fin de la saison.

Défensivement ça été difficile pour le canadien.

Mais au niveau de la défense, c'est évident que ça n'a pas été une grande soirée. Au contraire, ça a été une soirée d'horreur. Mais à la défense des arrières garde, je dois dire qu'un joueur comme Gomez, Andrei Kostitsyn, Lars Eller terminent la soirée à moins 4.

Ces gars là n'ont pas fait d'efforts du tout dans le repli. Je vais excuser Lars Eller parce qu'il est un joueur recrue, mais dans le cas de Gomez et kostitsyn, quand tu vas jouer à Boston pour la première place c'est inacceptable la performance qu'ils ont offerte hier à Boston contre les Bruins. Ils n'ont pas fourni du tout d'efforts. Il n'était pas dans le coup. Il ne se sont pas impliqué, de sorte qu'ils ont connu une très mauvaise soirée.

Et en troisième période, avec justesse, on a vu Jacques Martin les a cloué au banc pendant plusieurs minutes. Quand tu te prépare pour les séries éliminatoires, ces gars là doivent fournir un bien meilleur effort. Sinon il faudra prendre des décisions.

On est maintenant sixième au classement.

Les 2 prochains matchs ne devrait pas être trop difficile – mais il y a quand même beaucoup de gens qui disait hier que c'était le match de l'année. Il faut dire qu'il y encore beaucoup de matchs à disputer.

Ce soir ce sont les à Islanders de New York. Il faut prendre ses 2 points et les mettre en banque. C'est important de terminer au premier rang de la division parce que ça te confère une des 3 premières places au classement de l'association de l'est. Selon les paroles du journaliste sportif du Journal de Québec Yvon Pedneauld à «Salut Bonjour» de ce matin

À lire aussi

Canadiens | Bruins Massacre à Boston

Massacre au Mexique: Sept joueurs de soccer amateur tués

Massacre au Mexique: Sept joueurs de soccer amateur tuésTuerie sur le terrain de soccer Madero-

CIUDAD JUAREZ, Mexico — Des hommes armés de fusils automatiques ont tué sept personnes dans un parc dont la construction devait contribuer à la réduction de la violence dans la ville mexicaine de Ciudad Juarez, près de la frontière américaine, ont indiqué lundi les autorités.

Le porte-parole du procureur de l'État de Chihuahua, Carlos Gonzalez, a expliqué que les assaillants s'étaient présentés dans le parc Madero dans un quartier de Francisco et avaient ouvert le feu dimanche après-midi, rapporté par Ctv news en début d'après-midi.

Le bilan des morts à la suite d'une attaque armée contre un groupe de jeunes jouaient au football le dimanche à Ciudad Juárez (nord) de trois à sept, a annoncé lundi le parquet local.

Le crime a été commis dans un stade qui ouvert il y a quatre mois dans le cadre d'une campagne intitulée «Nous sommes tous Juárez», avec lequel le gouvernement local tente d'arrêter la vague incessante de la violence résultant du trafic de drogues, et en 2010 a laissé un solde de plus de 3.100 morts.

Ciudad Juarez, à la frontière des États-Unis est la plus violente du Mexique, également confrontés à d'autres parties de son territoire des affrontements constants entre les trafiquants de drogue et les forces de sécurité, tuant plus de 34.600 morts au cours des quatre dernières années. rapporte l'AFP

En français Journal de Montréal & Canoë infos

Anglais: «Gunmen kill 6 at park in besieged Mexican» CTVNews

Identités des sept décès:

■ Magdiel Moreno Mario Lazcano, 19 ans
■ Aaron Prieto Gaytan, âgé de 21 ans
■ Oscar Sanchez Rodriguez 21 années
■ Ulises âge Angel Reyna Dominguez, 22
■ Alberto Moreno Gustavo Lazcano, 23 ans
■ Galván José Angel Esqueda, 25 ans
■ Flores Ernesto Acosta, 26 ans

Blessés:

■ Omar, 24
■ Dana et Crystal (mineurs)

Le secrétaire Sayto Silveyra a déclaré que «le gouvernement de l'Etat regrette profondément les faits» et a noté que le FEM a effectué des enquêtes pour établir la responsabilité de ces multi homicides. Selon le @juarez

Une femme serbe massacré à coup de hache par un ex-mari jaloux en pleine rue

Galerie de photos, vidéo – 

Massacre à Zurich –

Une femme de 52 ans serbe a été tué ce lundi matin dans la rue du stade Letzigrund  – selon des témoins oculaires elle a été sauvagement attaquée avec une hache en plein jour. De plus, la femme était sur des béquilles et était totalement sans défense.

Une fin de vie brutal

"Le délinquant a frappé avec un objet contondant sur la tête de la victime," selon le porte-parole de la police, Marco Cortesi. La police n'a pas encore trouvé l'arme de l'assasin au moment d'écrire ce texte.

Des témoins oculaires

Certains passants ont dit que c'était un homme barbu qui a tué la femme avec une hache. «Il est venu comme l'illusion vers la femme. Il a menacé même les passants qui voulaient "aider la femme, dit un témoin. L'aide apporté à la femme serbe est venu trop tard. Elle est morte sur place

Elle était sur son chemin pour le travail. Le suspect, un homme de 55 ans serbe et ancien mari de la victime. Il devait être à environ 50 mètres de son lieu de travail, quand il est sorti d'une Smart noire tuant la femme et s'enfuit en voiture. La femme était sur des béquilles et n'a donc aucune chance de se défendre avant l'attaque. Environ une demi-heure plus tard, les secours de Canton était sur les lieux.

Il la frappait comme un forcené», a confié un témoin au Tages-Anzeiger. «Et il a menacé des passants qui voulaient lui venir en aide.» Claudia Baumgartner, interviewée par l’agence de presse Keystone, raconte: «C’était terrible. J’ai jeté une couverture sur le corps. La chaussée était inondée de sang. J’ai vu son visage, il était méconnaissable.»

Il a menacé les passants

Le meurtrier ne s'est pas attarder, d’autant plus que deux passants se sont approchés de lui pour l’immobiliser et pour aider la femme, en vain et le Serbe repris sa voiture et disparaît à toute allure rapporte un témoin.

 À l'arrivé des secours, ils ne peuvent que constater le décès. La police va mettre alors en place un important dispositif pour arrêter le fuyard, mais peine perdue, une demi-heure après le drame, le meurtrier se constitue prisonnier dans un poste de la police cantonale de Zurich

Collègues de travail sous le choc

La victime travaillait dans un établissement en milieu urbain à l'aide sociale pour les chômeurs, selon la directrice de la communication des institutions sociales et les établissements de la ville de Zurich, Barbara Strebel,  a dit au Tagesanzeiger

«Les collègues de travail de la victime sont tous en larmes, tout en essayant de se réconforter, après avoir vu un acte aussi cruel. «Nous avons mis sur pied une équipe de soins en santé qui s'avère essentiel pour aider les employés de l'atelier et ceux qui le désirent peuvent bénéficier d’une aide psychologique.», dit Strebel.

Les raisons exactes de l'acte brutal et le motif font l'objet de l'enquête en cours, dont la poursuite est considérer dans les crimes violents d'après la police cantonale de Zurich.

Photos et vidéo disponibles  sur le site Allemand Tagesanzeiger

Image: capture vidéo

 

Des chrétiens pleurent le massacre en Iraq

Vidéo nouvelles –

Bain de sang dans une église de Bagdad –

La communauté chrétienne en Irak est en deuil après que des terroristes ont saisi une église de Bagdad au cours de la messe du soir menant à une fusillade qui a fait au moins 52 morts.

L'attaque, revendiquée par une organisation Al-Qaïda en alternance, a été le dernier assaut contre les chrétiens d'Irak, dont le nombre a chuté depuis l'invasion de 2003 que la communauté a fui vers d'autres pays.

Le pape dénonce l'agression à  l'église Notre-Dame de la Délivrance comme «féroce» et a appelé à redoubler d'efforts internationaux pour négocier la paix dans la région.

Les Catholiques constitué 2,89% de la population irakienne en 1980, en 2008, ils étaient simplement 0,89%.

Les militants islamistes ont attaqué systématiquement les chrétiens en Irak depuis la chute du régime de Saddam Hussein.

Le bain de sang a commencé au crépuscule, quand des militants portant des gilets de suicide et armés de grenades ont attaqué la bourse irakienne.

Seuls les deux gardiens ont été blessés dans l'assaut, qui peut avoir été une tentative par les militants de détourner l'attention de leur véritable cible à l'église à proximité dans un quartier chic de Bagdad.

Des hommes armés sont allé à l'intérieur de l'église syrienne catholique et pris en otage près de 120 chrétiens.

Le major-général Hussein Ali Kamal, le ministre adjoint de l'Intérieur, a déclaré 52 personnes ont été tuées et 67 blessés. Parmi les morts figurent au moins 10 policiers, deux prêtres et cinq à huit attaquants.

On ignore si la plupart des otages sont morts aux mains des assaillants ou pendant le sauvetage. Source: Daily Express